Démocratie et justice

Qu'est-ce que le racisme ? Quelle est la situation en Allemagne et comment y mettre fin ?

Le racisme est un problème de société qui touche des millions de personnes dans le monde, de différentes façons. Il est ancré et perpétué par nos systèmes sociaux, ainsi qu'au niveau individuel. Que devons-nous donc faire pour y remédier ?

par Franziska Otto

Qu'est-ce que le racisme ?

De manière générale, les définitions du racisme peuvent être réparties en deux grandes approches : biologique et formelle. L'approche biologique part du principe (erroné) que l'humanité peut être divisée en différentes "races". Ces "races" auraient des traits physiques, intellectuels et de caractère qui leur seraient propres. Puisque certaines races seraient supérieures à d'autres, le "mélange" avec des races inférieures devrait être évité. La définition formelle, en revanche, se caractérise par la ségrégation et l'exclusion entre sa propre communauté et tout ce qui est étranger. Cela peut faire référence à la couleur de la peau, mais aussi aux différences culturelles.

La Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale des Nations Unies définit le racisme comme « toute distinction, exclusion, restriction ou préférence fondée sur la race, la couleur, l'ascendance ou l'origine nationale ou ethnique, qui a pour but ou pour effet de détruire ou de compromettre la reconnaissance, la jouissance ou l'exercice, dans des conditions d'égalité, des droits de l'homme et des libertés fondamentales dans les domaines politique, économique, social et culturel ou dans tout autre domaine de la vie publique. » [Donate title={Les autoritaires utilisent le racisme pour diviser et conquérir. Aidez-nous à les en empêcher}]

Le racisme et la discrimination fondée sur l'origine ethnique d'une personne constituent un obstacle à la participation égale de tous les individus au sein de la société. Les personnes qui n'appartiennent pas au groupe dominant de la société se voient souvent refuser l'accès aux mêmes opportunités. Le racisme peut conduire à la violence psychologique et physique. Dans des cas extrêmes, il peut même servir à justifier un génocide.

Pourquoi et comment le racisme a-t-il été créé artificiellement ?

On trouve déjà des cas de racisme dans l'Antiquité classique. La société grecque de l'époque faisait une distinction entre les Hellènes, dans la sphère d'influence grecque, et les barbares, c'est-à-dire tous les autres. Aristote, par exemple, affirmait que les barbares étaient nés serviteurs, c'est-à-dire esclaves. La montée du christianisme dans les pays européens au cours du Moyen Âge a donné naissance à des courants antimusulmans et antisémites.

L'idée que les gens peuvent être divisés en différentes « races », qui a façonné notre conception actuelle du racisme, remonte au colonialisme. Des personnes originaires d'États principalement occidentaux, à la recherche de nouvelles matières premières, ont assujetti d'autres territoires riches en ressources dans le monde, ont privé la population locale de ses droits, l'ont réduite en esclavage et l'ont assassinée.

Pour justifier ces actes, on prétendait que ces populations indigènes étaient particulièrement sous-développées et qu'il fallait leur enseigner le progrès et la civilisation (du moins la conception occidentale de celle-ci), par la force si nécessaire. Pour que les citoyens des pays colonisateurs se sentent également supérieurs à ces « sauvages », de nombreux États entretenaient des zoos humains. Dans la capitale belge, Bruxelles, un village congolais - y compris ses habitants - a été recréé en 1958 dans le cadre de l'exposition universelle.

Souvent, le racisme est également utilisé pour créer un bouc émissaire en temps de crise. La pandémie de Covid-19, par exemple, a également alimenté le racisme anti-asiatique dans le monde. Le premier foyer du virus s'étant déclaré en Chine, toutes les personnes d'apparence asiatique ont été, à tort, tenues pour responsables de la pandémie. Ainsi, les attaques racistes à leur encontre se sont multipliées et nombre de ces personnes ont été accusées d'être infectées et de transmettre le virus.

Comment s’exprime le racisme dans la vie de tous les jours ?

Le racisme peut se manifester de nombreuses façons dans la vie quotidienne. Par exemple, il peut s'exprimer par des compliments prétendument bien intentionnés, comme lorsqu'une personne de couleur (personne de couleur, une auto-désignation des personnes non blanches victimes de racisme) est félicitée parce qu'elle parle très bien l'allemand, sans savoir si cette personne est peut-être née en Allemagne. Ou dans l'environnement de travail, lorsqu'un collègue non blanc est toujours inclus dans les photos lorsque l'entreprise veut se présenter comme particulièrement diversifiée. De telles actions sont également appelées microagressions car elles sont racistes mais restent en deçà du seuil des propos racistes ouverts ou de la violence raciale.

Mais de nombreuses personnes sont également victimes de racisme lorsqu'il s'agit de trouver un emploi ou un appartement. Les personnes dont le nom n'a pas de consonance allemande, par exemple, ont la réputation d'avoir beaucoup plus de mal à trouver un logement.

Qu'est-ce que le racisme systémique ?

Il existe deux formes de racisme systémique : le racisme institutionnel et le racisme structurel.

Le racisme institutionnel désigne les formes de discrimination, d'exclusion et de traitement péjoratif qui émanent des institutions des sociétés, telles que la police, les autorités ou les écoles. Il ne s'agit pas, par exemple, de remarques racistes de la part d'un enseignant, mais plutôt de l'interprétation de règles, règlements, normes, routines et pratiques bien établies.

Le racisme structurel, quant à lui, ne peut être attribué à une seule institution. Il fait plutôt référence à des conditions qui sont profondément ancrées dans les structures, les discours ou les images d'une société. Il signifie également que certains groupes de population ne sont pas suffisamment représentés à des postes importants dans la politique, l'administration ou l'économie. Dans l'actuel Bundestag allemand, par exemple, 11,3 % des députés sont issus de l'immigration, alors que ce chiffre est de 26 % pour la population allemande. Ils sont donc sous-représentés.

Un tel manque de représentation des personnes non blanches à des postes importants se produit dans de nombreux domaines et peut avoir un énorme impact sur nos vies. Les logiciels de reconnaissance faciale, par exemple, qui sont utilisés en Allemagne notamment pour détecter les criminels dans les foules, ont plus de difficultés à distinguer et à reconnaître les personnes noires ou asiatiques que les personnes blanches. Le taux d'erreur était jusqu'à cent fois plus élevé que pour les Blancs. Cela peut conduire à ce que des personnes innocentes soient accusées à tort d'un crime. Ces erreurs ne sont pas dues au fait que le logiciel est raciste. Au contraire, le logiciel a été formé principalement avec des photos de personnes blanches, ce qui explique qu'il ait eu moins de difficultés à les reconnaître.

Qu'est-ce que le racisme individuel ?

Le racisme individuel fait référence au niveau interpersonnel. Le terme renvoie plutôt aux cas où une personne ou un groupe s'en prend à une autre personne ou un autre groupe sur la base de son origine ou de sa religion. Il se distingue de la discrimination systémique ancrée dans les institutions et les structures sociales.

Le racisme reste un problème majeur en Allemagne. Dans une étude du ministère fédéral de la famille, des personnes âgées, des femmes et de la jeunesse, plus d'un cinquième des personnes interrogées ont déclaré avoir été elles-mêmes victimes de racisme. Au total, deux tiers de la population ont déjà été en contact avec le racisme, soit directement, parce qu'ils ont été touchés eux-mêmes, soit indirectement, par exemple parce qu'ils ont observé un acte raciste.

Entre 2017 et 2020, plus de 5300 personnes ont contacté les conseillers de l’Agence fédérale de lutte contre les discriminations parce qu'elles avaient été victimes de discrimination pour des motifs racistes ou en raison de leur origine ethnique. Les personnes concernées racontent, par exemple, qu'elles ont été contrôlées par la police en raison de la couleur de leur peau ou de leur apparence (« profilage racial » ou contrôle au faciès).

Mais en Allemagne, le racisme ne s'exprime pas seulement par des insultes et des discriminations. À maintes reprises, des personnes sont blessées ou tuées par des racistes. Le 19 février 2020, un raciste a tué dix personnes et en a blessé six autres lors d'une attaque à Hanau. Dans des vidéos qu'il a publiées en ligne, il a fait des commentaires désobligeants sur les musulmans et tenu des propos antisémites. Les actes du soi-disant "National Socialist Underground" (NSU) ont également fait l'objet d'une grande attention médiatique. Le groupe terroriste a assassiné dix personnes sur une période de plus de 13 ans, pour des motifs racistes. Huit des victimes étaient d'origine turque, une d'origine grecque. Le fait que cette série de meurtres ait été surnommée pendant longtemps les « Döner-Morde » (meurtres du Kebab) montre clairement que le racisme en Allemagne est loin d'être une chose du passé.

Que peut-on faire contre le racisme ? Comment le combattre ?

L'étape la plus importante pour pouvoir combattre le racisme est de le reconnaître dans ses formes structurelles, quotidiennes et violentes et de le prendre au sérieux. Il convient en partie d'admettre que nous avons toutes, à un certain degré, des préjugés liés à l'origine ethnique d'une personne. Le plus important est de comprendre la mesure dans laquelle ces préjugés dictent nos actions. La lutte contre le racisme implique également de reconnaître que les actes de violence ou les insultes directes ne sont pas les seuls à être racistes. Souvent, les Blancs ne sont pas conscients qu'une déclaration sera perçue comme raciste par l'autre personne. Par conséquent, lorsque nous sommes abordés, nous ne devons pas réagir de manière défensive ou dédaigneuse, mais réfléchir à notre propre comportement et apprendre.

Que peut-on faire contre le racisme à l'école ?

À l'école, les enfants apprennent non seulement les mathématiques et la chimie, mais aussi à être justes et tolérants. La lutte contre la discrimination devrait donc être définie comme un objectif éducatif dans chaque école.

Le réseau « Schule ohne Rassismus - Schule mit Courage » (École sans racisme - École avec courage) est un bon exemple de ce à quoi cela peut ressembler dans la pratique. Cette association d'écoles allemandes travaille consciemment contre le racisme et la discrimination. Les élèves apprennent à connaître les différents types de discrimination et à y être plus sensibilisés.

Ce travail de prévention à l'école peut également contribuer à éliminer les visions du monde que les enfants apprennent à la maison ou dans leur environnement. Ils offrent un rempart aux préjugés racistes qui sont inculqués à l'enfant par ses parents.

Que peut-on faire contre le racisme sur le lieu de travail ?

Au travail aussi, de nombreuses personnes ne sont pas épargnées par le racisme, qu'il soit exercé par des collègues ou perpétré par des supérieurs. Dans ce contexte, il est important de montrer à la victime qu'elle n'est pas seule. On peut par exemple s'opposer à des propos racistes ou offrir son soutien si un comportement répréhensible doit être signalé au patron. Des structures doivent être créées dans l'entreprise pour permettre une communication ouverte sans avoir à craindre que le signalement entraîne des désavantages.

En même temps, il faut sensibiliser les employés à la discrimination et au racisme. Cela peut se faire, par exemple, par le biais de formations. Et il doit y avoir des stratégies pour garantir que l'égalité des chances s'applique, par exemple, dans les promotions à venir. [Newsletter title={Rester informé pour ne pas se laisser influencer par les préjugés}].

Le racisme à l'égard des Blancs existe-t-il aussi ? Que devons-nous savoir à ce sujet ?

La question de savoir s'il peut y avoir du racisme à l'égard des Blancs n'est pas sans susciter des controverses. Il peut bien sûr arriver que des personnes blanches soient insultées ou traitées différemment en raison de leur couleur de peau ou de leur origine. Mais il s'agit là de discrimination et non de racisme. Le racisme découle du déséquilibre de pouvoir entre deux groupes sociaux différents, même lorsqu'il est perpétré par un individu contre un autre.

Le racisme systématique ou institutionnel à l'encontre des personnes blanches n'existe pas. Ils ne doivent pas préparer davantage de demandes d'emploi parce que leur photo est différente ou que leur nom est à consonnance étrangère. Même dans le contexte médical ou dans d'autres domaines de recherche, les personnes à la peau de couleur blanche sont souvent considérées comme étant « la norme », par exemple, par le biais de manuels scolaires montrant des photos de cancers de la peau sur une peau blanche. Or, sur une peau plus foncée, l'aspect peut être très différent, ce qui peut entraîner un retard dans la détection.

Cela ne signifie pas pour autant que les personnes blanches ne peuvent pas elles aussi subir une discrimination structurelle. Les raisons de cette discrimination peuvent être, par exemple, le niveau d'éducation ou le fait que la personne vive dans la pauvreté. Néanmoins, une personne non blanche vivant exactement dans les mêmes circonstances subira un désavantage supplémentaire, raciste, lié à son origine ou à la couleur de sa peau.

Autres lectures recommandées :

La marginalisation : définition, exemples et caractéristiques du phénomène

Qu'est-ce que le populisme : définition, caractéristiques, exemples

La prise de décision algorithmique est-elle vraiment fiable et équitable ?