#WeDecide (on décide) : pourquoi le règne de la majorité ce n'est pas la démocratie ? Et un petit mot sur la démocratie directe

Diriez-vous que ce système respecte de manière effective votre égale dignité, qu'il mérite notre soutien moral et donc que l'on peut le qualifier de démocratie ? Bien sûr que non. La tyrannie de la majorité, ce n'est pas la démocratie.

C'est déjà le quatrième article de notre série #WeDecide. Dans le premier article, nous avons présenté les raisons pour lesquelles nous ne pouvons pas qualifier les soi-disantes "démocraties antilibérales" de démocratie. Dans le deuxième et troisième articles, nos avons parlé des différentes raisons pour lesquelles les individus souhaitent vivre en démocratie. Certain.e.s de nos lecteurs.trices ont commenté sur les médias sociaux que l'Union européenne n'était pas une démocratie, car elle ne respecte pas ce que veut la majorité dans certains États. Si nous ne sommes pas d'accord avec ces arguments, à la fois avec l'idée de "vrai majorité" et avec le sens même de ce qu'est l'adhésion à une communauté, notre désaccord, selon nous, est bien plus profond que cela. Contrairement à ceux qui pensent que la démocratie c'est le règne de la majorité, nous pensons que la majorité ne devrait pas être systématiquement respectée.

Comme nous l'avons précédemment souligné, vous pouvez avoir différentes raison de soutenir et défendre la démocratie. Vous pouvez la défendre parce qu'elle permet aux individus d'atteindre leurs objectifs ou parce qu'elle respecte le principe d'égalité et la dignité de tous les individus. Bien que nous aimions tous les avantages qui accompagnent la démocratie, nous pensons qu'ils devraient être d'abord utilisés pour la dernière raison. Les démocraties respectent l'égalité et la dignité. Grâce à elles, nos vies de ne dépendant pas des décisions prises par d'autres individus sans que nous ayons notre mot à dire, et nous somme traités sur un même pied d'égalité.

Ou... et si ce n'était pas le ca ?

C'est simple. Si ce n'est pas le cas, alors le système ne peut être qualifié de "démocratie". Comme nous l'avons expliqué dans notre premier article, la démocratie est un concept qui a une charge morale. Quand on parle de "démocratie", nous parlons en fait du "système qui mérite notre soutien d'un point de vue moral, et donc, qui doit être mis en place, maintenu et défendu". Ces régimes qui ne respectent pas l'égale dignité ne méritent pas notre soutien moral, et donc, ne sont pas des démocraties, indépendant du terme qu'ils utilisent pour se décrire eux-mêmes.

Alors pourquoi le règne de la majorité ne représente pas ce type de système ? Pourquoi ne mérite-t-elle pas notre soutien moral ? Elle ne respecte vraiment pas l'égale dignité ? Non, vraiment pas. Pour vous voir en quoi, imaginez que la société soit composée de deux groupes : les verts et les bleus. Vous êtes bleu. Il y a trois fois plus de verts que de bleus. Si les bleus et les verts sont à peu près similaires (peut-être les verts saluent leurs voisins en disant "salut" et les bleus en disant "bonjour") et que dans l'ensemble ils ont les mêmes chances de faire partie du côté qui gagne pour chaque question sur laquelle la communauté doit voter, le principe de majorité ne semble pas ignorer la dignité de quiconque. Les décisions collectives représentent des avantages et désavantages, et les chances sont à peu près les mêmes pour tout le monde dans la société, que vous soyez bleu ou vert.

Mais imaginez à présent que les bleus et verts soient un peu plus différents les uns des autres. Leurs fêtes religieuses ne tombent pas les mêmes jours, ils ont des notions différentes concernant l'enseignement et le soins apportés aux personnes âgées, des espérances de vie différentes, et ils sont sujets à des maladies différentes. Si les décisions sont prises sur une approche majoritaire, vous et votre famille (qui sont vraisemblablement tous bleus ou presque) vivrez dans une société où vous intérêts ne compteront pas. Vous aurez tous les désavantages de votre côté. Il y a de bonnes chances pour que les jours fériés publics tombent aux dates des fêtes religieuses des verts, et vous devrez travailler les jours consacré à vos fêtes. Peut-être que l'argent public sera investi dans la recherche visant à éradiquer les maladies des verts, mais pas celles qui touchent votre communauté. Peu-être que plus d'argent sera dépensé pour les soins des personnes âgées vertes et les soins des enfants verts que pour les soins des personnes bleues. Mais parfois peu-être les verts seront-ils généreux, en vous offrant un jour férié qui correspond à une fête importante pour vous, en allouant des subventions pour de la recherche sur les maladies qui touchent votre communauté, en ouvrant des crèches pour vos enfants. Mais le fait est que d'autres décideront des conditions qui toucheront vos vies, sans que vous ayez le moindre mot à dire. En tant qu'individu bleu, vous serez laissé à la merci des verts.

Diriez-vous en effet que ce système respecte votre égale dignité, mérite votre soutien moral et par conséquent, que l'on peu le qualifier de démocratie ? Bien sûr que non. La tyrannie de la majorité, ce n'est tout simplement pas la démocratie.

Certain.e.s pensent que le renforcement de la démocratie directe dans l'UE, qui consiste à faciliter la mise en place de référendums d'initiative citoyenne, rendrait le système véritablement démocratique. Nous devrions prendre les décisions quand cela est techniquement et financièrement possible, et non pas non représentants. Certain.e.s craignent qu'un tel renforcement de la démocratie directe entraînerait une tyrannie de la majorité. Nous pensons que la démocratie directe n'est pas un remède magique aux problèmes que rencontrent nos démocraties et qu'elle ne représente pas la seule forme "véritable" de démocratie. Mais ce n'est pas non plus quelque chose que l'on rejeter. Cela n'entraîne pas nécessairement une tyrannie de la majorité, cela dépend aussi de la façon dont sont conçues les institutions sur lesquelles la démocratie repose.

Si vous vous avoir plus d'informations sur les risques de la représentation et les risques de la démocratie directe, lisez notre prochain article #WeDecide la semaine prochaine. Votre avis nous intéresse ! Que pensez-vous de la tyrannie de la majorité ? Voudriez-vous plus de démocratie directe au sein de l'UE ? Si oui, pourquoi ? Laissez un commentaire sous notre publication Facebook et partagez vos avis et commentaires avec nous et avec nos lecteur.trice.s.