Nous unir, au-delà de nos différences : le meilleur moyen de demander au gouvernement de prendre soin de nous

Certains dirigeants propagent des discours de haine pour nous faire oublier leur mauvaise gestion de l'épidémie. Ils pensent que l'on sera trop occupés à en vouloir aux minorités, que l'on les laissera tranquilles. L'union sera notre seule arme.

Nous gouvernement sont censés nos guider pendant la pandémie, de la manière la plus sûre qu'il soit. Quand nous choisissons nos dirigeants lors des élections, nous leur conférons des pouvoirs à utiliser pour le bien de tous. Mais certains dirigeants ne font pas de la politique pour servir l'intérêt général. Ils sont là pour l'argent et le pouvoir et font tout pour rester à leur poste. Et quand ils seront en échec et nous décevront, alors ils feront n'importe quoi pour nous distraire, la plupart du temps en désignant un bouc émissaire.

Ces dirigeant.e.s politiques et les ami.e.s qu'ils comptent dans les médias tentent de nous diviser en propageant des mensonges, de fausses informations et en jetant le blâme sur des minorités, les jugeant responsables des dommages causés par l'épidémie de coronavirus. Ils blâment celles et ceux qui sont venus de l'étranger, ou encore le gouvernement chinois, les Roms, les personnes LGBTI, les musulman.e.s. Tout cela pour cacher leur échec, leur incapacité à prendre les bonnes décisions : celles qui empêcheraient le virus de se propager et qui nous permettraient de bénéficier tou.te.s de soins adéquats...

Diviser pour mieux régner

Pendant l'épidémie, le nombre de personnes contaminées et le nombre de décès augmentent, les lits d'hôpital sont trop peu nombreux et beaucoup perdent leur emploi et luttent financièrement. Et il est normal que le public veuille savoir pourquoi tout cela se produit. Par exemple, pourquoi les professionnels de santé ne sont pas suffisamment équipés, pourquoi les bars et restaurant ont pu restés ouverts aussi longtemps dans certains pays, pourquoi les dirigeants n'utilisent pas l'argent des impôts pour soutenir celles et ceux qui ont perdu leur emploi.

Les dirigeants politiques n'aiment pas vraiment les questions difficiles, certain.e.s veulent même que leur électorat ne se penche pas sur ces questions. Alors certains jettent la faute sur des minorités, propagent de fausses informations, et tout cela pour détourner l'attention des vrais problèmes et failles du système. Comme par exemple, la corruption, quand ils donnent de l'argent public à des amis pour mener leurs propres affaires, plutôt que d'investir dans des hôpitaux. Ou quand ils utilisent l'argent des impôts pour renflouer les caisses d'entreprises au lieu de soutenir celles et ceux qui se retrouvent sans emploi. Ou quand les autorités prennent de mauvaises décisions en accordant des postes à des personnes non qualifiées et non compétentes en la matière, juste pour des histoires de services personnels rendus.

Pourquoi est-ce préjudiciable pour la société ?

Viser certains groupes de la société et répandre des mensonges contribue à renforcer les divisions et monter les gens les uns contre les autres. Certaines personnes qui ont des préjugés mentent, insultent, intimident ou agressent, parfois physiquement, d'autres personnes de nos communautés, uniquement en raison de leur apparence physique, de leur croyance ou de leur orientation sexuelle. Agresser les autres à cause de leur origine, de qui ils prient ou aiment, ou à cause de leur apparence, équivaut à un crime ou discours de haine (selon que l'agression est verbale ou physique). Et cela est si préjudiciable aux individus que les gouvernements européens ont créé des lois protégeant les droits humains, qui prévoient de punir sérieusement ces crimes motivés par le racisme, l'homophobie, la xénophobie, etc.

Maltraiter les autres en raison de leur apparence ou appartenance à un groupe brise les liens qui soudent nos communauté. Cela nous devient plus difficile de prendre soin les uns des autres et de travailler main dans la main quand les gens deviennent plus suspicieux et se méfient de ceux qui sont différents d'eux.

Nombre d'entre nous se détournent des questions à poser au gouvernement quand à ses actes et décisions, et sommes confus à l'heure de désigner les responsables. Certain.e.s d'entre nous s'efforcent de combattre le racisme et de reconstruire la confiance. D'autres croient aux mensonges et les alimentent, les propagent.

Si nous ne nous faisons pas confiance, si notre attention est détournée des vrais problèmes, si nous sommes divisés, alors il est plus ardu pour nous de concentrer notre attention sur ce que le gouvernement fait, sur les décisions qu'il prend, et plus difficile encore de lui demander de rendre des comptes. Ils ne font pas bien leur travail et nous montent les un.e.s contre les autres, et nous sommes trop distraits pour nous rendre compte de la supercherie et pour demander les soins auxquels nous avons tous droit. Mais nous pouvons changer cela.

Ce que nous pouvons faire

Quand ces hommes et femmes politiques, ou entreprises médiatiques propagent des mensonges et tentent de nous diviser, et que cela entraîne ou implique des discours de haine et ou de la violence, ils comment un crime pour lequel ils devraient être poursuivi.e.s. D'autres responsables politiques doivent faire preuve de courage et dénoncer ces discours de haine. Quand un crime de haine est commis par des gens ordinaires, ces derniers doivent aussi être poursuivis en justice. Et celles et ceux qui en ont été victimes doivent être aidés, soutenus. Tout cela est très important, car en apportant ce soutien et en poursuivant les auteurs de discours ou crimes de haine, nous montrons à tout le monde que ces comportement vont à l'encontre même des règles de notre société.

Nous pouvons aussi rendre la tâche plus difficile aux politiques qui diffusent mensonges et fausses informations. Par exemple, en s'assurant que les chaînes de radio et télévision publiques nationales sont indépendantes et ont assez de ressources et moyens pour proposer des informations de qualité et fiables. Si nous savons où il est toujours possible de trouver des informations fiables, nous sommes moins susceptibles de croire aux fakes news et d'être trompés.

Nos dirigeant.e.s politiques ont la responsabilité de "prendre soin" de nous. Si nous nous unissons, au-delà de nos différences, non seulement nous créons des communautés plus fortes, mais nous pourrons aussi avoir une voix bien plus forte et audible à l'heure de d'appeler nos gouvernements à prendre soin de l'ensemble de la société.