Technologies et droits

Une communauté rom près de Brasov terrorisée par la police locale

Plus de 40 personnes, dont des femmes et des enfants, d'une communauté de Roms en Roumanie ont été battus par la police locale au cours des dernières années. Les groupes de la société civile exige des enquêtes approfondies sur ces cas.

par The Association for the Defense of Human Rights in Romania – the Helsinki Committee

La communauté rom de Racos - environ 1.200 personnes, selon Ioan Dudas, un pasteur pentecôtiste local - vivent en cueillant des baies dans le bois et en prenant diverses tâches dans les fermes voisines, comme aider à recueillir le foin et les pommes de terre. Les Roms disent qu'ils ont un accord avec le garde forestier pour ramasser le bois tombé, mais ils disent aussi que la force de police locale ne respecte pas vraiment cet accord. Les Roms sont passibles d'une amende ou sont battus quand ils quittent la forêt avec le bois récolté et la police les découvre. Souvent, disent-ils, ils sont et battus et condamnés à une amende.

Les coups semblent se produire souvent et sans raison. Les représentants d'APADOR-CH ont parlé à plusieurs personnes lors d'une visite au Racos qui leur ont dit que les policiers battent les Roma sans raison et sans aucun lien avec le vol ou autre activité illégale.

Escouade spéciale

Les mêmes sources ont indiqué que les seules personnes harcelées par la police sont des Roms et pas les autres groupes ethniques (comme les Roumains ou les Hongrois). Selon les estimations faites par les Roms, les policiers ont agressé plus de 40 victimes seulement leur communauté. Les abus se sont passés pendant environ quatre à cinq ans, depuis une escouade spéciale menée par Dan Ciucu a été envoyé dans leur communauté. Cette escouade était auparavant présente dans un village voisin, où ils ont eu plusieurs conflits avec la population rom locale. Les Roms de Racos pensent que c’est pour cette raison que les policiers prennent “revanche” sur eux.

Plusieurs citoyens battus au cours des dernières années ont porté plainte contre les agents de police, mais toutes les plaintes ont échoué parce qu'il n'y avait pas de témoins soutenant leurs revendications et les policiers ont nié toutes les accusations. L'Association de conseil des citoyens mène un projet sur la justice sociale dans la communauté. Les activistes travaillant pour cette organisation donnent aux Roms des conseils juridiques et parfois même une aide financière, afin que les gens qui sont battus puissent couvrir les frais de déplacement vers les hôpitaux de Rupea et Braşov.

Justice

L'un des militants, G.D., a été battu dans la gare de Racos le 30 avril 2015 par quatre hommes cagoulés. Peu de temps avant l'assaut, l'activiste a été averti par la police locale qu'il est dans une zone dangereuse et que «tout peut arriver entre Racos à Braşov».

Les citoyens locaux ont menacé de faire leur propre justice si les autorités centrales n'interviennent .

Un grand rapport publié par APADOR-CH montre quelques cas concrets de citoyens maltraités par la police. APADOR-CH, avec d'autres organisations, a demandé à l'Inspection générale de la police d'enquêter minutieusement et rapidement la situation de Racos et de prendre toutes les mesures nécessaires.

Les ONG ont également demandé au bureau du procureur auprès de la Cour suprême de rouvrir toutes les enquêtes criminelles des trois dernières années concernant les plaintes de personnes de Racos concernant les abus de la police.