Technologies et droits

#ReclaimYourFace : pourquoi nous avons rejoint la campagne appelant à interdire la surveillance de masse

Milittant.e.s et citoyen.ne.s peuvent désormais appeler la Commission européenne à les protéger face aux technologies de reconnaissance faciale qui envahissent notre quotidien et portent atteinte à nos droits.

par Israel Butler & Nikolett Aszodi

Nous pensons que l'avenir nous appartient. Nous devons être en mesure de décider de ce que nous voulons être, où nous voulons aller, ce que nous voulons faire et avec qui nous voulons partager nos expériences.

Avec pour objectif de s'enrichir rapidement, des entreprises font pression pour vendre aux gouvernements des technologies de surveillance telles que la reconnaissance faciale. Pourquoi ? Parce que cela coûterait moins cher que de recruter des fonctionnaires de police, et que cela représenterait des économies pour les gouvernements. Et parce que cela permettrait aux dirigeants de montrer aux électeurs qu'ils font bien quelque chose pour réduire l'insécurité.

Il existe des appareils qui enregistrent toutes les informations et données que votre corps permet d'obtenir. Cela ne se limite pas aux lieux que vous fréquentez et aux personnes qui vous accompagnent, mais cela comprend aussi ce que vous portez, la façon dont vous marchez et même les expressions de votre visage. C'est pour cette raison que l'on parle de surveillance "biométrique".

Les autorités placent ces appareils dans nos centres-ville, dans nos rues et dans les bâtiments publics. Ces technologies sont utilisées contre chacun.e de nous : c'est ce que l'on appelle la surveillance "de masse".

Les entreprises et nos gouvernements collectent ces informations et alimentent avec ces dernières des algorithmes capables de déduire de nombreuses choses nous concernant. Ils utilisent ces technologies pour déterminer le type de travail que nous devrions faire, les choses que nous devrions acheter, les destinations de nos voyages, notre solvabilité en vue d'obtenir un prêt, jusqu'à nos choix électoraux.

Il ne devrait pas en être ainsi. Interdire la surveillance biométrique de masse nous permettra de décider nous-même de notre avenir. De faire nos propres choix et voter librement sans manipulation. De compter sur des employeurs qui nous offrent un emploi en se basant sur nos expériences et compétences réelles et non sur des algorithmes. D'être libre d'explorer ce que le monde a à nous offrir et décider nous même du chemin que nous souhaitons emprunter et de ce que nous tient à coeur.

Récupérez votre visage

C'est pour toutes ces raisons que Liberties rejoint la campagne ReclaimYourFace ("récupérez votre visage") qui appelle à interdire la surveillance biométrique de masse. La campagne rassemble des militant.e.s et des citoyen.ne.s inquiet.e.s pour leur vie privée et vise à protéger nos droits et libertés.

European Digital Rights (EDRi) est à l'initiative de cette campagne, qui compte à présent Liberties parmi ses principales ONG partenaires. Dans quelques jours, le mouvement lancera une initiative citoyenne européenne appellant l'UE à interdire la surveillance biométrique de masse. Une initiative citoyenne européenne permet à un rassemblement de citoyen.ne.s européen.ne.s d'appeler la Commission européenne à prendre des mesures. Pour cela, il faut récolter un million de signatures.

Si vous pensez aussi que nous devons être en mesure de décider nous-mêmes de nos activités, opinions et modes de vie, voici ce que vous pouvez faire :

1) Vous inscrire afin d'être tenu informé.e des avancées de l'initiative citoyenne

2) Vous impliquer dans le mouvement : en tant qu'organisateur.trice, enquêteur.trice, programmeur.euse, en traduisant et éditant des vidéos et d'autres contenus dont nous nous servons pour communiquer sur cette initiative.

Ensemble, nous pouvons garantir que nos choix quant à notre avenir restent entre nos seules mains.