Technologies et droits

Le collectif « Les Morts de la Rue » reçoit le Prix Régine Orfinger-Karlin 2014

La LDH a décerné le Prix Régine Orfinger-Karlin 2014 au collectif « Les Morts de la Rue » à l’occasion d’une cérémonie en présence de Françoise Tulkens, ancienne vice-Présidente de la Cour européenne des droits de l’Homme.

par Belgian League of Human Rights

Depuis 1996, à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’Homme du 10 décembre, la LDH organise la remise du Prix Régine Orfinger-Karlin.

En remettant ce prix tous les deux ans, la LDH récompense une personne ou une association œuvrant à la protection et à l’aide des groupes vulnérables (mineurs, étrangers, allocataires sociaux, malades mentaux…) qui s'est distinguée en mettant en évidence la nécessité de la résistance aux atteintes aux droits humains. La LDH s’engage à doter le/la lauréat-e d’un montant significatif pour une action ou un projet réalisé en 2013 et 2014.

L’association Hart Boven Hart, le collectif Les Morts de la Rue et le bourgmestre de Bruxelles, Yvan Mayeur, étaient les trois nominés pour l’édition 2014 du Prix.

La LDH a souhaité récompenser, par l’entremise de son Réseau Bruxellois, le Collectif Les Morts de la Rue pour son action visant à offrir un adieu digne aux personnes sans abri décédées.

Ce collectif, né il y a dix ans, réunit d’anciens habitants de la rue et des associations qui agissent ensemble pour prendre connaissance des décès des personnes ayant connu la rue, informer ceux qui les ont connus, veiller à la dignité de leurs funérailles et leur rendre hommage collectivement, une fois par an.

Ce collectif rend ainsi aux morts de la rue leur dignité et dénonce les inégalités jusque dans la mort. Il organise des funérailles individuelles en collaboration avec tous les acteurs concernés. En 2006, pour la première fois, la cérémonie annuelle a été accueillie dans la Salle Gothique de l’Hôtel de Ville de Bruxelles. Cette cérémonie est un événement important pour les proches des personnes décédées, pour les travailleurs sociaux qui les ont connues, et pour les personnes en situation de rue elles-mêmes.

Plus d'informations sur "Les Morts de la Rue": lire le dossier de presse