Technologies et droits

​Plus de 700 personnes défilent à Zagreb en faveur des réfugiés

La seule alternative pour les réfugiés fuyant l'insécurité de la guerre est l'insécurité à l'intérieur des frontières européennes. Pour les participants de la 8e Marche de solidarité cela doit changer immédiatement.

par Danela Žagar

La 8e Marche de solidarité à Zagreb a commencé par une minute de silence pour toutes les victimes des attentats de Paris. Les participants ont déposé des fleurs en face de l'Ambassade française à Zagreb.

Plus de 700 personnes ont défilé dans les rues de Zagreb le 14 novembre pour rappeler l'Europe et ses dirigeants les valeurs fondamentales de l'UE qu'ils ont officiellement promis de défendre et qui ils ont - dans l'ombre des clôtures et des fils - facilement rejeté.

Humanité et solidarité

La crise humanitaire actuelle en Europe est le résultat de la relation cynique des institutions de l'Union européenne et les gouvernements de l'UE qui ont contribué à provoquer la crise de la migration grâce à leurs politiques centralistes. Ces politiques doivent cesser!

Les marcheurs de Zagreb veulent que les gouvernements et les institutions de l'UE montrent l'humanité et la solidarité et qu'ils ouvrent des corridors et un accès sûrs au territoire de l'UE afin de réduire le nombre de décès de migrants et de prévenir les violations de leurs droits. Les migrations contemporaines ont de multiples raisons croisées et pas une seule cause à être considérée séparément.

Les causes de la crise humanitaire actuelle comprennent l'abus de pouvoir politique et financière, le changement climatique, les guerres et l'instabilité. De ce fait, la distinction entre les réfugiés et les migrants économiques dans un contexte contemporain est une sorte de faux dilemme, justifié par le cadre juridique établi. Ce cadre juridique ne peut pas fournir des réponses adéquates à la réalité de centaines de milliers de personnes qui traversent les frontières en quête de sécurité.

Ne fermez pas l'Europe!

Les participants de la 8e Marche de solidarité de Zagreb ont exigé un changement du système actuel, à la fois pour le bien des réfugiés et des citoyens de l'UE - en particulier les milliers de bénévoles et de citoyens qui donnent leur temps ou leurs biens ou aident de toute manière possible.

"Nous, les bénévoles, les citoyens, les réfugiés, ne voulons pas accepter que l’Europe devienne un continent fermé! Nous n’acceptons non plus que la seule alternative pour les personnes qui fuient l'insécurité de la guerre est l'insécurité à l'intérieur des frontières européennes où ils sont laissés à la marginalisation et la criminalisation et exposés au racisme et à la xénophobie", dit la déclaration des participants de la 8e Marche de solidarité.