Technologies et droits

​Le rapport 2022 de Liberties sur la liberté de la presse montre un déclin inquiétant de la liberté de la presse dans toute l'Europe.

Pression politique croissante, forte concentration de la propriété, diffamations et poursuites judiciaires malveillantes contre les journalistes, manque de contrôle des médias de service public : la liberté de la presse est menacée partout en Europe.

by Franziska Otto

Le rapport sur la liberté de la presse 2022, publié le 28 mars 2022, est le premier rapport annuel sur la liberté de la presse dans l'UE, produit par la Civil Liberties Union for Europe en complément du rapport sur l'état de droit et appuyé par le document d'orientation sur la législation relative aux médias (Media Freedom Act – MFA). Le rapport a été rédigé avec l'aide des organisations membres et partenaires de Liberties dans 15 pays de l'UE et a eu recours à des études de cas collectées. Le rapport sur la liberté de la presse 2022 se concentre sur quatre sujets : la liberté et le pluralisme des médias, la sécurité et la protection des journalistes, la liberté d'expression et l'accès à l'information et enfin l'application des lois.

Des médias libres et pluriels sont importants dans toute démocratie. Pour que le débat public soit animé et dynamique, les citoyens doivent être informés de ce que font leurs représentants politiques. Le travail des journalistes et des professionnels des médias rend cela possible. Cependant, la liberté des médias est en recul dans l'UE. De nombreux pays présentent des problèmes dans les domaines analysés et si l'érosion de la liberté de la presse dans certains États a attiré l'attention du public, la situation se dégrade dans toute l'UE.

La liberté de la presse et le pluralisme

Les citoyens comptent sur les journalistes indépendants pour s'informer et former une opinion sur les questions actuelles importantes. La liberté de la presse induit que les médias puissent rendre compte des affaires courantes indépendamment de toute interférence ou influence gouvernementale. Lorsque les citoyens disposent d'informations précises et de différentes opinions à prendre en considération, ils peuvent choisir en toute connaissance de cause la manière dont ils sont gouvernés. L'un des moyens de garantir que le public puisse entendre des opinions différentes consiste à empêcher un petit nombre de propriétaires de diriger la majorité des entreprises médiatiques. Mais de nombreux États membres de l'UE sont confrontés à une forte concentration de la propriété des médias ou à des gouvernements qui font pression sur les éditeurs.

En Hongrie, des hommes d'affaires favorables au gouvernement ont acheté de larges parts du marché des médias. Les proches du gouvernement ont pris le contrôle de médias influents qui critiquaient auparavant le pouvoir. Et même les démocraties les plus stables présentent des problèmes de pluralisme médiatique. L'Italie en est un bon exemple. Seules deux sociétés de médias dominent le marché des médias dans le pays.

Mais d'autres facteurs peuvent également impacter négativement le pluralisme des médias. Dans toute l'Europe, notamment en raison de la pandémie de Covid-19, les entreprises médiatiques ressentent une pression économique, due par exemple à la baisse des recettes publicitaires. Cela affecte les éditeurs de toutes tailles, mais les petits médias et les médias locaux sont particulièrement affectés.

Les journalistes et les professionnels des médias ne sont pas protégés

La plupart des pays couverts par ce rapport présentent un environnement de moins en moins sûr pour les journalistes. Cela va du harcèlement aux attaques physiques. Dans 11 pays, les groupes de défense des droits signalent des épisodes inquiétants de harcèlement et d'attaques contre des journalistes. Aux Pays-Bas, les travailleurs des médias parlent de discours de plus en plus violents contre les médias. En juillet 2021, cette situation a atteint un point culminant tragique lorsque le journaliste spécialisé dans les affaires criminelles Peter R. de Vries a été abattu en plein jour à Amsterdam.

Et les attaques se produisent aussi virtuellement. La plupart des intimidations dont sont victimes les journalistes allemands s’effectue en ligne, ce qui a pour conséquence que certains d'entre eux choisissent de s'autocensurer et d'éviter les sujets brûlants comme la migration.

Les libertés d’expression et d’information menacées

Nos organisations membres et partenaires à travers l'UE signalent un nombre croissant de restrictions visant la liberté d'expression et d'information.

En France, la nouvelle « loi confortant le respect des principes de la République » rend plus difficile pour les journalistes de rendre compte et de dénoncer les violences policières. En Slovénie, des tentatives ont été faites pour introduire de nouvelles règles sur la criminalisation des insultes afin d'inclure celles contre les personnalités publiques. Ce serait un moyen de punir les critiques à l'encontre du Premier ministre et d'autres responsables gouvernementaux.

Les restrictions à l'accès à l'information restent un problème. En Pologne, des dizaines de journalistes se sont vu refuser l'accès à la frontière avec le Belarus.

Il est évident qu'il reste d’efforts à mener pour protéger la liberté des médias et garantir leur pluralisme en Europe. La Commission européenne travaille actuellement sur un nouveau texte de loi, la législation européenne sur la liberté des médias (Media Freedom Act – MFA), afin de protéger la diversité et l'indépendance des médias dans l'UE. Elle devrait inclure des mesures visant à renforcer la transparence sur la propriété des médias et élaborer des règles sur la manière de rendre le travail journalistique plus sûr.

Nos recommandations à la Commission comprennent :

  • -Une répartition équitable et transparente des fonds alloués aux médias.
  • Le soutien de l'indépendance éditoriale face à toutes formes d'ingérence publique ou privée. Une attention particulière doit être accordée à la protection des sources journalistiques.
  • Des mécanismes d'application de la loi appropriés, comme la création d'un conseil de la liberté de la presse et un suivi annuel de la situation de la liberté de la presse.
  • Pour en savoir plus sur l'état actuel de la presse dans l'Union européenne et sur ce qui peut être fait pour protéger les journalistes et la liberté des médias, lisez notre rapport ici.

Autres articles publiés sur le sujet (bientôt disponibles en FR)

How The EU Can Use A Can’t-Miss Opportunity To Protect Media Freedom

EU Must Act as Countries Copy Putin’s Playbook to Control Media

Systemic threats make media freedom decline across Europe: Report 2022

Donate to liberties

Together we’re making the difference

When the many put our resources together, we defeat the few who think they hold all the power. Join us to bring rights to life for all of us.

Be a part of protecting our freedoms

We have

  • Created the largest fund for democracy groups in the EU
  • 
Got new powers to cut off EU funding to autocrats

  • Written new EU rules to protect journalists & campaigners from bogus lawsuits

  • Trained over 400 rights defenders to supercharge the campaigns you care for

More milestones


Together we’re making the difference

When the many put our resources together, we defeat the few who think they hold all the power. Join us to bring rights to life for all of us.

Subscribe to stay in
the loop

Why should I?
  • You will get the latest reports before everyone else!
  • You'll have your finger on the pulse about what's happening in the EU
  • » You'll hear what Liberties is working on, eg. free speech, privacy, digital rights - before anyone else

Show me a sample!