Technologies et droits

Lituanie - Lutter contre les titres mensongers des articles des sites web est-il légal ?

Le créateur de l'extension de navigateur web "Propose un titre", qui corrige les titres mensongers et racoleurs, se trouve sous le feu des sites d'information qui l'accusent de violations du droit d'auteur.

par Human Rights Monitoring Institute

L'extension, qui a attiré 10 000 utilisateurs dès les premiers jours de son lancement, permet d'afficher le meilleur titre alternatif, sélectionné par ses lecteurs, pour un article d'un site web.

La principale question juridique est de savoir si l'extension porte préjudice, d'une quelconque façon, à des supports soumis au droit d'auteur, tels que les articles d'opinion.

Ciblé par de nombreuses réclamations déposées par le conseil des grands sites d'information, Karolis Januškas s'est vu forcé de mettre fin à "Propose un titre" ("Siūlyk antraštę"), une extension de navigateur internet qui permet aux utilisateurs agacés par les "clikbait" (littéralement "piège à clics"; des titres trompeurs et racoleurs qui ont pour but de générer le plus grand nombre de clics, et donc plus de revenus publicitaires) de proposer leurs propres suggestions.

Des lecteurs trompés

L'extension affiche la meilleure alternative au titre, sélectionnée par les lecteurs de l'article, tout en faisant apparaître le titre original à côté de la correction.

Selon Karolis, ces titres absurdes et trompeurs l'agaçaient et c'est pour cette raison qu'il a eu l'idée de proposer un outil aux utilisateurs qui permette de parer ces "clikbaits". "Propose un titre" a très vite remporté un grand succès, avec 10 000 utilisateurs inscrits lors des premiers jours de son lancement.

Les sites d'information contre-attaquent

L'extension et son créateur ont de nouveau fait parler d'eux lorsque les grands sites d'information ont demandé le retrait de "Propose un titre". Les directions de ces sites prétendent qu'il s'agit d'une violation du droit d'auteur puisque que l'extension modifie les titres originaux et entraîne une perte des revenus publicitaires, les publicités étant bloquées par la version de l'extension développée pour les smartphones.

La communauté des médias sociaux s'est mobilisée pour défendre le développeur web, le nominant au prix de "personne du web de l'année" décerné par le site LOGIN.

Les observateurs ont exprimé leur indignation quant à la pression exercée par les portails d'information, qui, selon eux, se traduit par la censure d'initiatives civiles et la restriction de la liberté d'expression.

Une atteinte au droit d'auteur ?

"D'un point de vue juridique, la situation en Lituanie n'a pas de précédent. À première vue, il semble que le conflit tourne autour des droits d'auteur possédés par les éditeurs des sites internet et les auteurs d'un côté, et autour de la liberté d'expression du créateur de "Propose un titre" et de ses utilisateurs de l'autre. Cependant, à y regarder de plus près, même la violation du droit d'auteur dans cette affaire est purement hypothétique", affirme Natalija Bitiukova, experte de l'Institut d'observation des droits de l'homme.

"La question est la suivante : l'extension porte-t-elle préjudice, d'une quelconque façon, au contenu soumis au droit d'auteur tels que les articles d'opinions ? Après tout, elle ne déforme pas le texte original, mais ne fait que le présenter sur le navigateur des utilisateurs avec les caractéristiques apportées par les utilisateurs", poursuit Natalija Bitiukova.

L'experte a aussi signalé qu'il y avait un précédent juridique en Europe. "En parlant de "bloqueur de pubs", dans l'affaire de l'extension allemande Adblock, les tribunaux avaient jugé qu'une extension permettant de bloquer les pubs était légale, puisqu'elle permettait aux utilisateurs d'exercer leur droit au respect la vie privée".

"Propose un titre" a évolué et travaille maintenant avec un site internet qui s'est porté volontaire pour participer à cette initiative. Le fonctionnement de l'extension sur d'autres sites internet dépendra de l'issue de ce litige.