Technologies et droits

​La vraie crise à Calais

La réponse du gouvernement britannique à la crise des migrants de Calais vire de la xénophobie au déni. Qu'est-il arrivé à notre fière tradition d'offrir un refuge à ceux qui en ont besoin?

par Bella Sankey
Image: Jey OH photographie - Flickr/CC content

Le Premier ministre britannique les a qualifiés d'«essaim» et dans les médias, ils ont été tantôt traités de «foule organisée», «épaves humaines tragiques» et «déluge imparable». Ce sont les migrants à Calais, face à la maladie, la mort et au désintérêt du public quant à leur sort.

Ils fuient la guerre, le génocide, la tyrannie et l'exploitation dans l'espoir de trouver une vie meilleure pour leurs familles. Ils veulent juste un endroit sûr pour eux et leurs enfants. Pour cela, ils risquent leur vie en grimpant sur les camions et marchant sur les voies ferrées, vivant dans «la jungle» où le crime, le viol et la violence sont leur lot quotidien.

C'est ça la véritable crise; des sommes énormes sont dépensées pour militariser et sécuriser des frontières tandis que les demandeurs d'asile meurent en les traversant et un camp de réfugiés est en train de se développer aux portes de certaines des nations les plus riches sur terre.

Nouveaux parias

Au cours de la dernière décennie, les politiciens à travers notre continent se veulent chacun plus dur sur l'immigration, légale ou autre. Réfugiés et migrants, indépendamment de la raison pour laquelle ils quittent leur patrie sont les nouveaux parias.

Le Royaume-Uni a toujours offert le refuge aux désespérés - des Huguenots, aux Juifs allemands et aux Soviétiques, aux Asiatiques d'Afrique orientale. Alors comme aujourd'hui les mêmes arguments ont été avancés: ça coûte trop cher, on n'a pas la place. Mais nous avons fait ce qui était juste et que notre pays n'en a été que meilleur pour cela.

Il est un triste état de choses qu'aujourd'hui la réponse de notre gouvernement semble virer à la xénophobie et à un pitoyable déni - plutôt que de rendre hommage à notre fière tradition, celle d'offrir un refuge à ceux qui en ont besoin.

Réponse du gouvernement

Plutôt que de concentrer ses ressources sur le développement de stratégies de réinstallation, le gouvernement a annoncé qu'il:

  • Enverrait des chiens renifleurs et bâtirait des clôtures.
  • Diminuerait le financement au soutien de l'asile et retirerait le soutien automatique pour les familles dont les demandes sont refusées, mais qui pour des raisons légitimes ne peuvent pas rentrer chez eux - jusqu'à l'indigence forcée.
  • Saisirait les salaires des migrants en situation irrégulière - poussant ces gens plus loin du radar et dans les bras de maîtres d'esclaves modernes.
  • Continuerait avec des plans coûteux d'externalisation du contrôle de l'immigration aux propriétaires malgré les preuves du projet pilote dans les West Midlands montrant que celle-ci a empêché les citoyens britanniques qui n'ont pas les moyens pour un passeport d'accéder au marché de la location.
  • Etendrait la peine pour les propriétaires qui ne respectent pas la loi à cinq ans d'emprisonnement et leur donner des pouvoirs d'expulsion sommaires, que même la National Association des Propriétaires a dénoncés.
  • Nourrir les mensonges

    Ceci est seulement une partie d'un échec collectif de courage et de compassion au sein du gouvernement - les politiciens d'aujourd'hui ont également conspiré pour attiser la méfiance, la suspicion, la division et, incroyablement, la jalousie des demandeurs d'asile, à la recherche de louanges dans les sections xénophobes de la presse et au-delà. Alimentant les mensonges selon lesquels ceux qui se trouvent à Calais sont tous des migrants économiques, qui sont ici parce qu'ils ont entendu parler de notre système d'allocations sociales.

    Les faits démontrent que cela est absurde. En fait, le monde en développement accueille la grande majorité des réfugiés dans le monde. Et dans tous les cas, les demandes d'asile ne sont qu'une fraction de la figure de la migration nette - qui atteignait 318.000 en 2014.

    Il est également vrai - mais pas souvent dit - que le nombre de demandeurs d'asile qui demandent refuge en Grande-Bretagne est beaucoup plus faible que de nombreux autres pays de l'UE. En 2014, le Royaume-Uni a reçu 31.400 demandes d'asile. Ce fut moins que l'Allemagne (166.800), la France (63.100), l'Italie (56.300) et la Suède (81.300) et bien en-deçà du maximum du Royaume-Uni atteint en 2003, à raison de 84.130. Le Royaume-Uni est en-dessous de la moyenne de l'UE pour les demandes d'asile par habitant.

    Astuces

    Le niveau des demandes d'asile monte et descend en fonction de la guerre et de la persécution dans le monde entier, mais il n'affecte pas les astuces des politiques nationales qui nuisent demandeurs d'asile comme les citoyens britanniques.

    Il est difficile de ne pas voir la déshumanisation de ces personnes désespérées dans le cadre d'une tendance plus large et inquiétante. Un autre indicateur est le plan du gouvernement d'abolir la Loi sur les droits de l'homme et de la remplacer par une loi britannique des droits ce qui porte atteinte à l'universalité des droits humains.

    Donc, à la maison, ils proposent que les personnes au pouvoir décident quand et à qui la protection des droits est applicable et les êtres humains d'ailleurs, ceux qui sont dans le besoin, sont traités comme des animaux, enfermés, contrôlés et oubliés.

    Nous ne ferons pas partie de cette laide idéologie, dépourvue d'empathie et d'humanité - et vous ne devriez pas non plus. Nous méritons tous un refuge. Nous, en Grande-Bretagne, nous avons le devoir de le fournir.