Monitoring - UE

À l'approche des élections législatives, cinq propositions pour une Italie plus juste

Voici cinq domaines qui nécessitent au plus vite la mise en place de réformes. Les candidat.es italien.nes les proposeront-ils.elles?

par Federica Brioschi

À l'occasion des élections du 4 mars, Antigone a envoyé un document aux principaux candidats, leur demandant de signer en faveur de cinq propositions.

Depuis près de 30 ans, Antigone, ONG membre de Liberties, propose une application du droit pénal qui s'appuie sur le principe de minimisation (selon lequel l'usage du droit pénal doit être minime).

Pour ce faire, l'ONG italienne soutient la révision et réforme de nombreuses lois qui prévoient des sanctions démesurées par rapport au niveau des infractions constatées. Antigone appelle aussi à l'amélioration de l'utilisation des peines qui n'incluent aucune privation de liberté. Elle estime que le rôle de la détention devrait être résiduel afin de prévenir et punir les comportements à même de porter gravement atteinte aux droits fondamentaux de tout individu et d'entraver la coexistence sociale.

Les cinq propositions d'Antigone

Pour les élections à venir, l'ONG a préparé un document contenant cinq propositions et l'a présenté aux candidat.es et à leurs partis, leur demandant d'apporter leur soutien en signant et approuvant le dit-document.

En ce qui concerne le domaine de la justice, Antigone considère que les questions sur lesquelles devra se pencher la prochaine législature sont les suivantes (entres autres) :

  1. La légalisation du cannabis et la décriminalisation de sa consommation
  2. L'abrogation du crime d'immigration illégale
  3. La mise en place de numéros d'identification pour les fonctionnaires des agences d'application de la loi
  4. La réforme de l'isolement cellulaire au sein du système carcéral
  5. La réforme des peines complémentaires et la reconnaissance du droit de vote pour les personnes détenues.

La réforme du système carcéral doit se concrétiser

La réforme du système carcéral constitue un point que la prochaine législature ne devra surtout pas laisser tomber dans l'oubli. La réforme tant attendue, qui améliorera les conditions de détention des détenu.es, est presque terminée. Toutefois, cette réforme ne comprend toujours pas des points pourtant essentiels, tels que le droit des personnes détenues à une vie sexuelle, l'amélioration des mesures de sécurité carcérale et la mise en place d'un système carcéral spécifique aux institutions pénales pour mineur.es).

Cette réforme étant très importante en vue d'améliorer le système judiciaire et le cadre des futures lois, il faudra absolument que la prochaine législature aille au bout de cette réforme et concrétise le travail réalisé par le précédent parlement.