Technologies et droits

Semaine de la mémoire: l'Italie commémore le génocide rom

Deux évènements commémorent l'Holocauste et ses victimes en explorant le génocide des Roms et Sintis par les nazis et régimes fascistes.

par Federica Brioschi
À l'occasion de la Semaine de la mémoire (une série d'évènements dans toute l'Italie commémorant l'Holocauste), la Coalition italienne des droits et libertés civiles (CILD) a organisé deux conférences, dont la première se tient au Sénat italien ce vendredi 27 janvier.

Les historiens estiment que près de 500000 Roms ont été assassinés par les nazis et d'autres régimes fascistes dans les années 1930 et 1940. Les faits historiques de ce génocide ne peuvent être occultés, surtout à l'heure où la haine est de nouveau utilisée comme une arme contre la "différence" et l' "autre", qui ne fait qu'encourager les actes racistes et xénophobes.

Pour ces multiples raisons, nous commémorons cette année deux faits majeurs de l'Holocauste: le génocide des Roms et des Sintis, et la persécution des femmes.

Le génocide des Roms et Sintis

La conférence "Le génocide des Roms et Sintis pendant le régime fasciste nazi", se tient aujourd'hui à 11:00 au Sénat italien, dans la Sala dell’Istituto di Santa Maria in Aquiro (Piazza Capranica 72).

Parmi les invités de l'évènement, organisé par la CILD à l'initiative de la Commission extraordinaire pour la protection et promotion des droits de l'homme, en partenariat avec Associazione 21 Luglio, notons la présence de:

  • Patrizio Gonnella (président de la CILD):
  • Robert Rydberg (Ambassadeur suédois de l'Italie);
  • Carlo Stasolla (président de Associazione 21 Luglio);
  • Paola Trevisan (anthropologiste);
  • Majgull Axellson (écrivain, auteur de "Io non mi chiamo Miriam," qui relate l'histoire d'une femme Rom qui a survécu à l'extermination dans un camp de concentration en niant ses origines et déclarant être juive.

Le nazisme contre les femmes

La conférence "les femmes juives et les autres, le nazisme contre les femmes", organisée par la CILD et Magen David Kashet Italia (MDKI), un groupe LGBT juif, se tiendra quand à elle mardi 31 janvier.

La conférence aura lieu à 18 heures, à la Casa Internazionale delle Donne. On retrouvera parmi les orateurs Patrizio Gonnella (président de la CIDL); Serafino Marco Fiammelli (président de MDKI); Anna Segre (psychothérapeute et professeure); Marilina Rachel Veca (écrivain et président de Rinascere/Amicizia Italo Serba Onlus); ainsi que Emma Halfon.

Ils raconteront l'histoire si souvent oubliée des femmes du rôle que les femmes ont dû tenir pendant le troisième Reich. La violence perpétrée par l'Ustaše, qui a aidé les nazis à exterminer les femmes juives, serbes, orthodoxes et militantes, est également souvent méconnue.

Pour l'évènement du 27 janvier, une tenue appropriée est exigée, et les hommes doivent porter un costume. L'accès à la salle de conférence est garanti dans la limite des places disponibles. Les journalistes doivent s'inscrire en respectant la procédure habituelle (envoyer un fax au 0667062947).

Pour l'évènement du 31 janvier, l'entrée est libre et il n'est pas obligatoire de s'inscrire.