Technologies et droits

Les médecins qui veulent se débarrasser des patients "dérangeants"

Avez-vous votre propre opinion et n'avez pas peur de réagir, par exemple, à votre médecin? Souffrez-vous d'une maladie grave nécessitant un traitement coûteux? Si vous êtes dans la République tchèque, les médecins pourraient vous exclure comme patient.

par The League of Human Rights

Selon la Chambre médicale tchèque (CMCH), les médecins tchèques seront bientôt en mesure d'exclure les patients qu'ils jugent inopportuns. Selon leurs représentants, les médecins devraient être en mesure de refuser les patients qui déposent des plaintes contre les médecins ou qui ont une opinion différente sur leur traitement. Le changement proposé n'est pas nécessaire, parce que les médecins peuvent, selon la législation actuelle, déjà résoudre les désaccords graves avec les patients. L'argument selon lequel ce changement est nécessaire pour que les médecins puissent choisir leurs patients est secondaire - une autre raison existe: intimider les patients qui ont une opinion différente, y compris, le gain financier impliqué pour l'industrie des soins de santé.

Ne punissez pas. Offrez des options de traitement

Si un patient n'est pas d'accord avec l'intervention médicale envisagée, son médecin doit d'abord essayer d'offrir une alternative de traitement et d'expliquer ses avantages et ses inconvénients. D'un point de vue juridique, il est insoutenable de punir le patient qui refuse ou retire son consentement qui est également garanti par l'article 5 de la Convention sur la bio-médecine.

Il est déjà possible d'arrêter la coopération avec un patient, par exemple dans le cas où le patient est impoli de façon répétée avec le médecin ou harcèle les patients dans la salle d'attente. Il est aussi légalement possible de refuser de soigner des patients qui omettent délibérément et obstinément de se conformer à un traitement personnalisé, mais uniquement si le patient a donné son accord pour ce traitement préalablement.

Mais il n'est pas possible d'exclure des patients qui sont en désaccord avec le traitement recommandé et les patients ne peuvent pas non plus être pénalisés pour avoir présenté une plainte concernant le médecin. Le médecin ne peut pas toujours avoir raison et la plainte peut mener le traitement dans la bonne direction. Mais, selon le CMCH, les patients devraient être punis parce qu'ils ont déposé une plainte. Selon président de CMCH, lorsque le patient porte plainte contre le médecin la relation de confiance entre le médecin et le patient disparaît et les médecins devraient, dans ces cas, avoir une occasion de dire "je ne veux plus prendre soin d'un tel patient". De nombreux patients déposeraient pas une plainte et ne donneraient pas leurs propre opinion sur le traitement à la suite des modifications proposées - mais pas à cause de la qualité des soins de santé et l'approche humaine du médecin. Au lieu de cela, les patients vont agir en ayant peur du rejet de la part de leur médecin et en ayant peur de perdre l'accès aux soins de santé.

Mise en garde contre les conséquences possibles suite aux changements proposés

Suite aux changements proposés, les médecins pourraient abuser de ce nouveau pouvoir et abandonner des patients qu'ils jugent inopportuns et des cas compliqués qui demandent des traitements coûteux. Par exemple, une personne avec une maladie rare peut être un fardeau financier pour les médecins, parce que le coût du traitement dépasse souvent la limite contractuelle des assureurs de santé. Dans ces cas, il n'y a rien de plus facile pour les médecins que de refuser les patients financièrement désavantagés en citant une manque de confiance avec eux. Les médecins pourraient, par exemple, facilement exclure les enfants dont les parents préfèrent la médecine alternative à la place de la prescription automatique d'antibiotiques et de médicaments. En rejetant le patient, le médecin peut également avoir une incidence sur le droit du patient aux services de santé disponibles dans le cas où un autre médecin ne travaille pas dans cette région.

Solution: un arrangement, plutôt que de l'arbitraire

La solution ne doit pas être l'autonomisation des médecins, mais un nouvel accord entre le médecin et le patient. Avec ce nouvel ensemble de règlements, ce qui pourrait se produire est une situation absurde décrite, par l'exemple, ici: imaginez que vous avez déposé une plainte contre la conduite des pompiers dans votre communauté. En raison de vos plaintes, ils pourraient refuser de mettre fin au feu qui brûle votre maison et pourraient vous dire que vous devriez chercher de l'aide ailleurs parce que la relation de confiance mutuelle a été perturbé.

Il n'est pas nécessaire de responsabiliser les médecins de cette manière; à la place, il est nécessaire de rechercher la compréhension mutuelle - de proposer d'autres méthodes de traitement ou de résoudre la situation par le dialogue.

Cet article est une réponse à cette information de la Télévision tchèque.

Kamila Holoubková, avocat de la Ligue des droits de l'homme