Technologies et droits

Une juriste des droits de l'homme enquêtant sur de possibles crimes de guerre commis en Palestine menacée de mort aux Pays-Bas

Une juriste des droits de l'homme étrangère enquêtant au sein de la Cour pénale internationale sur d'éventuels crimes de guerre commis par l'État d'Israël en Palestine a reçu des menaces de mort lors de son séjour aux Pays-Bas.

par Nina Kesar
(Image: rpb1001)
Une juriste des droits de l'homme étrangère fait l'objet de menaces de mort en lien avec son travail au sein de la Cour pénale internationale de la Haye, et ce depuis plus d'un an. Cette dernière fournit à la cour du matériel sur une enquête préliminaire menée par le tribunal sur de possibles crimes de guerre commis par l'État israélien en Palestine. La juriste jordano-suédoise, Nada Kiswanson, a signalé ces menaces auprès de NRC, un journal néerlandais.

C'est la première fois qu'un activiste des droits de l'homme travaillant à la Cour pénale internationale de la Haye se voit menacer de mort aux Pays-Bas.

Nada Kiswanson travaille pour Al Haq, l'organisation soeur de NJCM au sein de la Commission internationale de juristes (ICJ), qui a été confronté à des menaces par le passé. Le NJCM est choqué par les menaces proférées à l'encontre de Al Haq et Kiswanson aux Pays-bas.

La protection des défenseurs des droits de l'homme fait partie intégrante de la politique étrangère néerlandaise, pour laquelle les Pays-Bas sont grandement appréciés. Il semble désormais que les défenseurs des droits de l'homme ne sont même plus en sécurité aux Pays-Bas. De nouvelles mesures devraient être adoptées, et l'État devrait mettre en place sans plus attendre des directives européennes et internationales.

Le gouvernement néerlandais doit en faire plus

L'histoire de Kiswanson montre que le gouvernement ne dispose pas de mesures adéquates pour répondre aux besoins de défenseurs des droits de l'homme faisant l'objet d'intimidations et de menaces sur le territoire néerlandais. Ceux-ci devraient pouvoir savoir vers qui se tourner et à qui signaler ces menaces afin de recevoir une protection. La police devrait quant à elle être spécialement préparée à ce genre de problèmes, les menaces devraient être documentées professionnellement et les personnes menacées devraient pouvoir travailler dans un environnement sûr.

Le NJCM travaille au sein du Breed Mensenrechten Overleg (un partenariat d'organisations de défense des droits de l'homme basé aux Pays-Bas) à l'amélioration de la protection des activistes des droits de l'homme.