Technologies et droits

​Les crimes à motivation raciste augement dans toute l'UE

Un rapport du Réseau européen contre le racisme signale une augmentation de la criminalité à caractère raciste dans toute l'UE en 2013. Les Roms, les Africains, les minorités ethniques asiatiques, les Juifs et les musulmans sont les groupes ciblés.

par Danela Žagar
Photo: ENAR

Les organisations de la société civile à travers l'UE ont signalé une augmentation des crimes racistes en 2013, en particulier contre les minorités ethniques africains et asiatiques, les Roms, les Juifs et les Musulmans - ou ceux perçus comme tels.

Le rapport note une augmentation antisémite crimes dans certains pays (Bulgarie, Danemark, Allemagne, Hongrie, Pays-Bas et Suède) et islamophobes (France, Angleterre et Pays de Galles), et ces crimes prennent de plus en plus la forme d'incitation à la haine ou à la violence, selon European Network Against Racism (ENAR), couvrant 26 pays européens. Un total de 47.210 crimes racistes ont été officiellement enregistrés, mais cela est seulement la pointe de l'iceberg étant donné que nombreux Etats membres de l'UE n'enregistrent pas correctement et ne signalent pas les crimes à caractère raciste.

Données manquantes

Il y avait des cas de violence, d'abus ou d'incitation à la violence contre les Roms dans presque tous les États membres de l'UE, et en particulier ceux avec de grandes populations roms. Dans de nombreux pays de l'UE, dont l'Estonie, la Grèce, l'Italie, la Pologne, la Suède et le Royaume-Uni, les attaques physiques les plus violents signalés sont perpétrés contre les peuples africains et asiatiques. En Suède, par exemple, 980 crimes avec un motif afrophobe ont été enregistrés. En outre, les crimes commis par des membres de groupes d'extrême droite sont surreprésentés (49 pour cent) dans des crimes racistes et les plaintes liées à des groupes politiques.

Dans certains pays, il n'y a pas de collecte de données officielle ou systématique des crimes à caractère raciste; et dans d'autres, des informations sur l'origine raciale, ethnique ou religieuse des victimes ne sont pas ventilées. Seul un tiers des pays de l'UE ont enregistré et publié des informations sur les crimes racistes pour 2013. En outre, parce que beaucoup de gens ont honte, ne font pas confiance à la police ou pensent que leur témoignage ne va rien changer. Ainsi, souvent les victimes ne viennent pas signaler les crimes racistes.

Les Etats membres doivent intensifier leurs efforts

L'enquête et la poursuite des crimes racistes sont également problématiques. Bien que la plupart des Etats membres de l'UE reconnaissent les crimes motivés par le racismes dans leur législation, des définitions étroites de ce qui constitue le crime à caractère raciste peuvent entraîner des incidents qui ne sont pas enregistrés, enquêté ou poursuivi correctement. En République tchèque et en Italie, on estime que 40 à 60 pour cent des crimes racistes signalés ne sont pas complètement instruit par une enquête policière. La sous-qualification des crimes racistes a lieu dans tout le système de la justice, commençant par la police jusqu'aux décisions de justice.

«Le crime raciste est l'une des pires conséquences du racisme, une menace pour la vie des gens sur la seule base de leur race réelle ou perçue, l'origine ethnique ou la religion, et il ne doit pas rester impuni», a déclaré le président d'ENAR Sarah Isal. «Une réelle volonté politique est nécessaire pour assurer une meilleure notification, un enregistrement correct et une sanction des crimes racistes. Les Etats membres de l'UE doivent intensifier leurs efforts dans ce domaine».

Le rapport fantôme d'ENAR sur les crimes racistes en Europe repose sur des données et des informations provenant de 26 pays européens: Allemagne, Autriche, Bulgarie, Croatie, Chypre, République tchèque, Danemark, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Hongrie, Islande, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, les Pays-Bas, Pologne, Roumanie, Slovaquie, Espagne, Suède et Royaume-Uni. Le rapport est disponible ici.