Technologies et droits

L'autorité néerlandaise de régulation de la publicité se penche sur le sexisme pour la première fois

L'autorité néerlandaise de régulation de la publicité ne vérifie généralement pas le contenu sexiste des pubs, mais un nouveau jugement va dans le sens d'une plainte présentée en raison du caractère sexiste d'une publicité de vêtements pour hommes.

par Nina Kesar
La Fondation Clara Wichmann and le PILP ont déposé plainte auprès de l'autorité de vérification de la publicité contre des publicités d'une chaîne de magasins de costumes pour hommes. La campagne "Toy Boys" ont fait l'objet d'une grosse polémique, beaucoup de personnes la jugeant sexiste.

La Commission néerlandaise régissant le code de la publicité a donné raison aux deux organisations dans son jugement rendu le 31 octobre, et estimé que les publicités de la marque de costumes pour hommes constituait un stéréotypage sexiste des femmes. Cela avait été reporté par la Fondation Clara Wichmann et le Projet pour les contentieux d'intérêt public (PILP) de la Section néerlandaise de la Commission internationale des juristes (NJCM).

Les deux organisations ont mené une étude l'an passé, qui a montré que les Pays-Bas est l'un des quelques pays où les stéréotypes sexistes ne sont pas vérifiés dans les publicités.

"Aux Pays-Bas, l'autorité de régulation de la publicité n'effectue des contrôles que sur la "moralité", ce qui se traduit par l'acceptation de la nudité dans l'espace public, mais aucune vérification du sexisme", explique Jelle Klaas, coordinatrice de la PILP, qui a mené l'enquête.

Le sexisme selon les Nation Unies

Selon le Comité des droits des femmes (WRC) des Nations Unies, la publicité qui est reconnue comme sexiste devrait être également contrôlée dans le cadre de l'article 5 de la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDAW). Le WRC estime que la publicité est sexiste dès lors qu'elle comprend un stéréotype négatif sur une femme ou dès lors que le corps d'une femme est objectifiée.

"(...) la discrimination envers les femmes comprend les différences de traitement qui existent en raison d'attentes, attitudes et comportements stéréotypés envers les femmes".

Selon le WRC, le stéréotypage continu des femmes empêche le développement de l'égalité entre les hommes et les femmes.

L'autorité de vérification des publicités néerlandaise a donné raison aux deux organisations a estimé que les publicités de ce genre étaient sexistes.


"Un excellente nouvelle"

Dans ses récents jugements, la Commission néerlandaise régissant le code de la publicité a donné raison aux deux organisations dans cette affaire. Pour la première fois, l'autorité de réglementation de la publicité se penche sur le sexisme et les stéréotypes inacceptables.

"C'est une excellente nouvelle", déclare Anniek de Ruijter, présidente de la Fondation Clara Wichmann. "La moralité, la nudité ou le sexe sont des normes complètement différentes de quand la Commission régissant le code de la publicité évalue les stéréotypages négatifs des femmes et l'objectification du corps des femmes à une époque où, même aux Pays-Bas, la position des femmes est relativement défavorisée par rapport à celle des hommes quand il s'agit de la victimisation de la violence sexuelle, du harcèlement sexuel et de la discrimination".

La Fondation Clara Wichmann et le PILP recommande que les futures plaintes présentées en raison du caractère sexiste de publicités soient traitées conformément à la CEDAW et ses articles sur l'acceptation des préjugés sexistes dans la pub.