​Le président tchèque demande une plus forte présence militaire aux frontières

Président Milos Zeman a envoyé un message aux réfugiés en République tchèque: personne ne les a invités et ils doivent respecter les règles de ce pays. "Si vous ne l'aimez pas, allez-vous en", leur dit-il.

Président Milos Zeman de la République tchèque a récemment visé les réfugiés du Moyen-Orient et d'Afrique en leur disant qu'ils ne sont pas invités. Il a également dit que le pays peut s'attendre à un afflux d'immigrants ukrainiens qui "contrairement à ces islamistes ont une bien plus grande capacité d'assimilation".

"Peut-être que quelqu'un va considérer cela comme un appel aux plus bas instincts de l'homme, mais les Hongrois ont la même attitude, la construction d'une clôture le long de la frontière avec la Serbie. Les Américains ont aussi construit une clôture sur la frontière avec le Mexique", a déclaré le président Zeman, qui croit que les migrants peuvent être aidés mieux dans leurs propres pays.

Le président Zeman a salué le déploiement de la police lors de l'afflux de réfugiés en territoire tchèque et a promu l'intensification de leurs efforts et les mesures juridiques pour les soutenir.

Actions folles

Il a également dit que l'armée est capable d'envoyer environ 1.500 soldats à la frontière, citant des chiffres du chef d'état-major le général Josef Becvar. L'armée tchèque a environ 21.000 soldats et 2.000 personnes seront enrôlés cette année.

Selon le président Zeman, les responsabiles de la vague de réfugiés sont les régimes qui "ont provoqué cela avec leurs actions folles".

"Pourquoi avons-nous à subir les conséquences"?, demande-t-il. Le président a également défendu la protection des frontières extérieures de l'Union européenne et les actions des “casques bleus” des Nations Unies qui doivent délibérément détruire les bases d'entraînement des terroristes.