Pourquoi les associations sont-elles bonnes pour votre santé ?

En travaillant ensemble dans des associations, nous pouvons nous assurer que nos gouvernements prennent les bonne décisions pendant cette période de pandémie.

Nous voulons tout.e.s que nos gouvernements suivent la bonne voie pendant cette période de pandémie de coronavirus et fassent en sorte que chacun.e d'entre nous ait le soutien dont il ou elle a besoin. Que les professionnel.le.s de santé disposent de matériel de protection efficaces, ou encore que les personnes perdant leur emploi perçoivent un revenu de base.

Nous attendons de nos responsables politiques qu'ils reçoivent les meilleurs conseils qu'ils soient de la part de scientifiques et autres expert.e.s. Et nous savons que le gouvernement discute avec les entreprises et entendent leurs inquiétudes. Mais comment s'assurer que ce même gouvernement nous écoute, nous, le grand public ? Nous avons besoin d'un moyen de faire remonter les nôtres, d'inquiétudes, aux dirigeant.e.s, afin que ceux-ci prennent les décisions qui sont bonnes pour nous tou.te.s.

Oui, bien sûr, vous pouvez écrire à votre député.e, mais qui prête attention à quelques voix isolées ? C'est pourquoi nous avons le droit de créer des associations et de travailler au sein de ces dernières. Cela permet aux citoyens engagés ou concernés par ces questions de travailler ensemble et de s'organiser, afin que des membres du public puissent se rassembler et faire entendre leur voix collectivement. Les associations contribuent au bon fonctionnement de la démocratie, permettant aux citoyens d'échanger avec leurs représentants entre chaque élection, et lorsque ces derniers sont au pouvoir et q'u'ils prennent des décisions qui nous concernent et nous affectent. Les associations permettent au gouvernement de prendre le bon cap, et donc les bonnes décisions, et ce de beaucoup de façons. Voici quelques exemples.

La santé

Nous voulons tou.te.s être en bonne santé. Cela nous donne l'indépendance de faire ce que voulons, comme passer du temps précieux en compagnie de nos proches et ami.e.s et gagner notre vie pour sustenter aux besoins de nos familles. C'est pourquoi il existe un droit humain qui est le droit à la santé. Mais ces dernières années, la plupart des gouvernement en Europe ont réduit fortement les budgets et donc les moyens de nos professionnels de santé. Il est vrai que tout système de santé aurait du mal à faire face à la pandémie, mais en affaiblissant nos systèmes, nos gouvernements ont rendu la tache consistant à prendre soin des citoyen.ne.s bien plus dure pendant cette crise sanitaire.

Les professionnels de santé à travers l'Europe travaillent ensemble à travers des associations qui les représentent afin d'exhorter les gouvernements à investir davantage dans le matériel de protection, les médicaments et le personnel. Même si ces gouvernements ont mis beaucoup de temps à l'entendre, la plupart semblent à présent faire les bons choix

Les revenus de base

Nous voulons tou.te.s savoir que, en ces heures difficiles où certains d'entre nous perdons nos emplois, nous pouvons encore espérer avoir une qualité de vie de base. C'est pour cette raison que nous payons des impôts et contributions sociales. Et c'est pour cette raison que nous disposons de droit humain qu'est la sécurité sociale.

En Allemagne, un citoyen a lancé une pétition qui demande au gouvernement de créer un revenu universel de base. Cette pétition a déjà été signée par près de 500 000 personnes. L'idée fait l'objet d'un débat sérieux dans de nombreux pays et ce revenu va bientôt être introduit en Espagne.

Apporter sa signature à une pétition constitue un moyen simple et efficace de faire entendre notre voix et de montrer aux politiques que telle question nous concerne et nous préoccupe. Cette pétition, comme tant d'autres, a été rendue possible par une association, en l'occurence Change.org. Il existe de nombreuses autres associations qui offre à des personnes du monde entier les outils permettant de signifier aux gouvernements ce qu'elles attendent d'eux.

Nos libertés

Nous apprécions tous nos libertés. Chacun de nous, par exemple, veut être libre de pouvoir lire et discuter des actualités, partager des histoires personnelles ou circuler sans savoir que l'on est surveillé par d'autres. C'est pourquoi nous disposons du droit à la vie privée. Car cela nous donne la liberté de penser, parler, partager des idées et vivre nos vies librement, libres du jugement des autres. De nos jours, nous utilisons internet pour presque tout et nous emportons notre téléphone portable partout avec nous. Cela signifie que nous laissons des traces de nos activités en ligne partout.

Nombreux sont les gouvernements qui veulent collecter nos informations personnelles et les utiliser pour suivre qui est infecté, où la personne s'est rendue, et pour vérifier si les personnes restent bien à leur domicile. La plupart d'entre nous serions heureux de voir nos libertés mises en pause si cela contribue à freiner la propagation du virus. Nous voulons toutes et tous prendre soin les uns des autres.

Mais comment s'assurer que les gouvernements n'utilisent ces informations qu'à des fins de lutte contre le virus ? Et que ces donnés personnelles sont supprimées après un court délai, et qu'elles cessent d'être collectées à la fin de cette crise ? Nombre de gouvernements ne prévoient pas de garde-fous pour protéger notre droit à la vie privée. Au contraire, certains demandent même aux opérateurs téléphoniques de leur remettre nos données personnelles.

Les associations telles que les groupes de défense des droits et libertés essaient de s'assurer que les gouvernements acceptent de limiter le nombre de données personnelles qu'ils peuvent collecter. Si nos dirigeant.e.s ne nous écoutent pas, alors il est possible pour les associations de se tourner vers la justice. De cette façon, elles peuvent demander à un.e juge d'empêcher les autorités d'envahir notre vie privée plus que cela n'est nécessaire en vue de lutter contre la pandémie.

Une démocratie saine garantit notre bonne santé

Les associations aident la démocratie à travailler de façon efficace en construisant des ponts entre la population et les responsables politiques. Nos représentants sont davantage susceptibles de prendre de décisions qui sont bonnes pour nous si nous sommes en mesure de leur dire ce que nous pensons. Les associations aident les communautés de citoyen.ne.s à rester en bonne santé et prospères, car elles permettent à nos démocraties de rester elles mêmes en bonne santé, et prospères.

#HumanRightsUnderCorona