Publicités ciblées : quel est le prix à payer pour notre vie privée et la démocratie ?

À Liberties, nous nous sommes rendus compte que certains de nos lecteurs se posent des questions quant à notre campagne #YourDataYourBusiness. Nous vous proposons donc une série d'articles de réponse, préparée par notre chargée de plaidoyer. Réponse nº1.

"J'aime l'UHLC et ses pages, mais, en réalité, c'est grâce à un article placé par l'algorithme de Facebook sur mon fil d'actualité que j'ai connu l'ONG. J'aime aussi quand je fais des recherches sur un produit et obtiens d'autres idées sur ce que j'aimerais bien acheter, via les pubs Google ou Facebook. C'est vraiment mieux que d'avoir ma boîte-aux-lettres inondée de brochures et magazines publicitaires. Ceux qui veulent vivre dans le passé ne devraient pas utiliser les produits de Google et Facebook. C'est le droit d'avoir un libre choix. Je suis d'accord que cela est mauvais quand certaines données vous concernant terminent dans les mauvais mains. Par exemple, si vous avez de graves allergies et que quelqu'un veut vous tuer, cela serait possible en plaçant ce à quoi vous êtes allergique dans votre environnement. Mais en principe, les données dont nous parlons ici sont anonymes. Vous n'êtes qu'un numéro d'identification alphanumérique très long dans d'autres systèmes. Ceux qui placent des pubs visent un groupe, et ne savent pas exactement qui sont les personnes qui voient ces pubs" (un abonné de la page Facebook de l'Union hongroise des libertés civiles - UHLC, notre organisation membre hongroise, commentant une publication de l'UHCL concernant notre campagne #YourDataYourBusiness.

Je pense qu'il est temps pour nous de clarifier certaines choses. Bien que Facebook et Google pratiquent tous deux l'établissement de profils à des fins commerciales, nous ne demandons pas cette fois-ci à Facebook de changer ses pratiques publicitaires. Nous le demandons à Google et l'IAB Europe, les organisations représentant les intérêts du secteur de la publicité en ligne.

Pourquoi cela ? Pensons-nous que les pratiques d'établissement de profils de Facebook sont bonnes, ou tout au moins acceptables, et pas celles de Google ? Oui et non. Je suis plutôt certaine que nous devrons mener des campagnes à l'avenir demandant à Facebook d'être plus éthique et de faire le bon choix quand il s'agit de faire de la publicité en ligne. Ce n'est pas juste cette campagne. La pétition Vos Données VOS affaires ne traite pas du profilage, mais bien de fuites de données personnelles et partage avec des tiers sans notre consentement. Notre objectif est ici de faire en sorte que nos données ne tombent pas dans les mauvaises mains.

Mais, parlons brièvement de cette technique visant à établir des profils (profilage). Personnellement, j'aime mes pubs Facebook. Comme je n'aime pas me balader dans des centres commerciaux et que je n'ai pas de TV, je sais avec certitude que je n'aurais pas eu connaissance de l'existence de ce grattoir pour félin incroyablement mignon que je veux désormais à acheter à Fritz... mon chat, pour Noël. Ce n'est pas que les pubs FB ne sont pas géniales. Elles le sont en effet. La question, c'est de savoir si elles valent vraiment la peine. Et le sacrifice (de nos données).

Toutefois, Facebook a bel et bien établi des mesures visant à éviter la fuite des données et un nouveau scandale comme celui de Cambridge Analytica. Cependant, quand il s'agit de publicité en dehors du réseau Facebook, les données continuent d'être communiquées à des tiers, et nous n'avons aucune idée de l'identité des destinataires, de qui ou quelle entité en fait une utilisation, y compris malveillante, et de quelles façons.

Bien entendu, quand il s'agit d'une utilisation malveillante, la question n'est pas seulement de savoir si vous, en tant que personne, pouvez être identifié et si des inconnus peuvent vous nuire en utilisant vos données personnelles. Les informations que Google et IAB utilisent à l'heure de lancer une demande d'offres pour un espace publicitaire, sont très précises, et une personne dotée de suffisamment de ressources et compétences techniques peut tout à fait vous trouver et utiliser à mauvais escient les informations dont il dispose concernant vos allergies. Mais peu de personnes parmi nous ont des ennemis personnels qui seraient enclins à aller aussi loin. À mon avis, la véritable question est ici de savoir si vous êtes prêt à vivre sous des régimes et gouvernements dirigés par des autoritaristes qui utiliseraient ces mêmes données personnelles dont il est question. Ces dernières leur permettent de relayer leurs mensonges de manière efficace, pour provoquer chez nous la peur et un sentiment d'insécurité dans certaines circonscriptions électorales, à qui ils offriraient une protection. Je ne veux certainement pas que tout cela arrive... Je suis heureuse de voir des publicités intéressantes apparaître à mon écran. Mais je ne suis pas prête à payer, au prix de ma démocratie, juste pour des pubs adaptées.

Google and IAB permettent à des milliers d'entreprises dont je n'ai jamais entendu parler d'obtenir mes données personnelles : cela n'est pas seulement problématique du point de vue de l'éthique, mais c'est aussi illégal en vertu de la Réglementation générale sur la protection des données de l'UE (RGPD ou GDPR en anglais). Liberties leur demande de changer leurs pratiques et de reconnaître que vos données vous appartiennent, et à vous seul.e. Vos données, ce sont VOS affaires, pas les leurs.

Participez à notre campagne et faites savoir à Google et IAB que vous tenez à vos données personnelles et que vous souhaitez qu'ils cessent de voler ce qui vous appartient de droit : votre vie privée et votre démocratie.