Un tiers des détenus bulgares sont victimes de la brutalité policière

Près de 28 pour cent des détenus bulgares affirment qu'ils ont été soumis à la brutalité policière lors de l'arrestation, pendant la détention ou les deux.

Un total de 27,6 pour cent des détenus interrogés lors d'une étude sur les brutalités policières ont déclaré être victimes de la brutalité de la police lors de leur arrestation, pendant leur détention ou les deux. L'étude a révélé que 21,8 pour cent (354) des répondants ont été victimes de violence physique au cours de l'interrogatoire au poste de police, tandis que 15,5 pour cent et (220) ont dit qu'ils ont été maltraités lors de leur arrestation.

Ce sont les résultats de la plus grande étude sur la brutalité policière jamais menée par le Comité Helsinki bulgare, qui a visité 29 centres de détention et a interviewé 1.691 détenus. Dans la plupart des cas, les personnes ont été menottés et dans certains cas, les menottes ont été utilisées comme un moyen de la violence. L'étude n'a enregistré aucun cas où un policier aurait tenté de dissuader les autres agents de police de ne pas utiliser la violence.

Aide juridique insuffisante

Près de 34 pour cent (568) des détenus interrogés ont déclaré que leur accès à l'aide juridique au cours de la procédure préliminaire était inadéquat. L'étude révèle le rôle clé des avocats dans la prévention de la violence contre les détenus dans les postes de police. La part de ceux qui ont été victimes de la violence dans les commissariats de police et avaient un avocat est de 13,3 pour cent de moins que le nombre de ceux qui ont été soumis à la violence, mais n'ont pas eu d'avocat pendant la procédure préliminaire.

Comparé à d'autres groupes ethniques, les Roms sont plus souvent victimes des brutalités policières en garde à vue (27,2 pour cent) ou témoins d'agressions sur d'autres détenus dans les postes de police (10 pour cent).

Le rapport est disponible ici (en bulgare).