Lituanie : les stéréotypes de genre renforcés par les livres scolaires

Le bureau du Défenseur des droits à l'égalité de Lituanie et un groupe d'experts ont examiné 32 livres scolaires pour les cours de 6ème et 5ème, confirmant que ces derniers enseignent aux élèves des stéréotypes de genre.

Les livres d' "éducation morale" contiennent le plus grand nombre de stéréotypes

Bien que les stéréotypes de genre soient présents dans tous les livres, quelque soit la matière concernée, le livre contenant le plus de stéréotypes et présentant le plus grand contraste entre les genres est un livre sur la religion catholique. Dans cet ouvrage, les hommes et garçons de tout âge se trouvent presque toujours mis en avant, et jouent des rôles très importants.

Le rapport observe que les hommes sont caractérisés dans les livres scolaires par différents rôles : ils font du sport, sont intéressés par différentes activités, désobéissent aux règles, donnent des conseils, voyagent et se comportent avec honneur. Dans les livres dédiés à la morale, les personnages impliqués dans des activités publiques sont le plus souvent des hommes.

Dans ces livres, les femmes sont représentées en train d'accomplir des rôles secondaires aux côtés des principaux personnages, souvent des hommes. Par exemple, les femmes apportent réconfort et soins. Elles ne sont les protagonistes du récit que dans une histoire sur cinq. Parmi les citations tirées de ces livres, retenons :

"Un homme doit savoir comment se défendre. Un homme doit répondre de ses actions".

"Aliukas, ne sois pas en colère contre moi, sois un homme. - Ne pleure-pas, lui dis-je, sachant bien qu'il était triste à cause de moi".

"Ce que je veux le plus, c'est que la voiture soit blanche et que toute la classe me voit en train de m'assoir dedans comme une princesse dans la voiture de son papa".

Les livres de géographie et d'histoire mettent en avant les accomplissements des hommes

En observant le matériel des cours de géographie, il est clair que le contenu concerne majoritairement les accomplissements et destins des hommes. En ce qui concerne l'Histoire, les livres scolaires tendent à omettre complètement les figures féminines historiques, ne laissant la place qu'aux hommes. Cela promeut bien entendu l'idée selon laquelle les femmes n'ont rien apporté à l'histoire.

Il a également été remarqué que, malgré quelques exceptions positives, les livres scolaires mentionnent souvent les femmes sans citer leurs noms, ce qui contribue à les dépersonnaliser.

Aucun des matériels analysés ne fait mention d'individus appartenant à la communauté LGBT+, que ce soit en termes d'accomplissements de cette communauté ou à l'heure de présenter l'évolution du mouvement pour les droits civils.

"Afin que les élèves aient accès à des matériels pédagogiques de grande qualité, basés sur les droits humains, il est important que celles et ceux qui élaborent les politiques éducatives voient l'égalité de genre comme fondamentale, comme un principe de priorité absolue, et développent une stratégie cohérente en vue de mettre en place ces politiques", recommande le rapport.

Vous pouvez trouver de plus amples informations ici.