Quel avenir pour les Polonais évacués de Donbass?

Les personnes d'origine polonaise qui ont été évacuées des zones de conflit dans la région du Donbass de l'Ukraine sont arrivées en toute sécurité en Pologne. Mais, quel sera leur avenir et quelle vie ils pourront mener en Pologne.

Le 13 janvier 178 personnes d'origine polonaise, vivant dans les zones de conflit de l'Ukraine, ont été évacuées vers l'aéroport militaire à Malbork en Pologne. Ils vivent actuellement dans deux centres d'hébergement, mais on ne sait pas ce que l'avenir leur réserve.

«Octroyer de la protection aux personnes à risque, qui vivent dans la zone du conflit, est une action qui devrait être perçue positivement», a déclaré Jacek Białas, un avocat de la Fondation Helsinki pour les droits de l'homme. «Cependant, on se demande si ce programme permettrait aux évacués de mener une vie indépendante en Pologne».

Les personnes évacuées se trouvent dans deux centres dans la province de Warmie-Mazurie où elles peuvent rester jusqu'à six mois. Pendant cette période, les personnes évacuées pourront suivre des cours de langue et d'adaptation afin de faciliter leur séjour en Pologne.

Six mois

«Notre expérience dans le travail avec des étrangers montre que dans de nombreux cas la période de six mois est beaucoup trop courte pour apprendre les rudiments de la langue polonaise et pour acquérir la capacité de faire face à un environnement étranger», a déclaré M. Białas. Les évacués sont logés dans une zone où le chômage est élevé, ce qui n'augmente pas leurs chances de s'intégrer dans la société polonaise ou trouver des sources de revenus.

La ministre de l'Intérieur Teresa Piotrowska a fait appel aux collectivités locales, aux institutions, aux ONG et aux particuliers leur demandant d'aider les Polonais de Donbass. La situation est aggravée par le fait que les fonds pour les ONG, offrant une aide juridique pour les étrangers, seront finis dans six mois et on ne peut pas dire si une autre source de financement sera trouvée pour leurs activités (plus d'informations ici).

Alors que les autorités polonaises fournissent activement la protection aux personnes d'origine polonaise, ils la refusent en même temps aux autres citoyens de l'Ukraine, ceux qui fuient le conflit armé ou qui résident dans les régions annexées par la Russie (y compris les Tatars de Crimée) et les obligent à quitter la Pologne. Ces décisions de refus sont justifiées par la possibilité d'une résidence sûre dans une autre partie de l'Ukraine. Selon FHDH, cependant, la situation difficile en Ukraine signifie que tout le monde ne peut pas profiter de cette occasion.

La Fondation Helsinki pour les droits de l'homme a demandé à la ministre des Affaires intérieures d’assurer un traitement humain pour tous ceux qui fuient l'Ukraine pour leur sécurité et indépendamment de l'appartenance ethnique.