Est-ce que le Bureau polonais central d’anti-corruption utilise des outils de contrôle à distance des ordinateurs et des téléphones?

La Fondation Helsinki a adressé une pétition au tribunal administratif pour examiner le refus du Bureau central de lutte contre la corruption de divulguer les informations sur l’utilisation de logiciels espions appelé Remote Control System.

Le FHDH a déposé une plainte devant le tribunal administratif provincial sur la décision du Bureau Central Anti-corruption (BAC) qui a refusé de divulguer des renseignements sur l’utilisation du logiciel de contrôle à distance appelé Remote Control System.

Le BAC a justifié sa décision en indiquant que l'information demandée est classée. Selon la Loi sur les renseignements protégés, l'information est classée, et sa divulgation entrave l'accomplissement des missions de services, y compris l'exécution des activités opérationnelles. Le BAC a également souligné que les informations demandées constituent « un autre secret protégé par la loi» en vertu de la Loi sur le Bureau central de lutte contre la corruption. Les informations sur les capacités techniques telles que la surveillance des ordinateurs et des téléphones et le suivi de la correspondance sur l'Internet est une information dans le cadre de l'organisation et les méthodes de travail opérationnel de le BAC.

Le FHDH a posé à l'Agence de sécurité intérieure (ABW) la même question à propos de l'utilisation de RCS. En mars, l'ABW a annoncé qu'ils n'utilisent pas ce logiciel.

Le RCS est capable de surveiller des ordinateurs et des téléphones et peut récupérer des données stockées sur ces appareils, même si l’utilisateur est déconnecté. Le système peut également être utilisé pour suivre la correspondance en ligne. Le RCS peut copier des fichiers à partir du disque dur d'un ordinateur, enregistrer les appels Skype, intercepter les mots de passe entrés dans un navigateur et allumer à distance la caméra web ou le microphone d'un ordinateur.

En février, les scientifiques affiliés au Citizen Lab, un groupe interdisciplinaire basé à l'Université de Toronto (Canada), a publié un rapport "Mapping Hacking Team's "Untraceable" Spyware"qui analyse l'utilisation de RCS. Le rapport dit que le système est mis en vente pour les gouvernements par Hacking Team, une société basée à Milan. Le document énumère vingt et un gouvernement, y compris celui de l'Azerbaïdjan, de la Colombie, de l'Egypte, de l'Ethiopie, de la Hongrie, de la Turquie, du Maroc et également de la Pologne.