​Une victime d'abus sexuel en Pologne conclut un accord avec l'Eglise catholique

Un homme polonais qui a été sexuellement abusé dans son enfance par un prêtre de l'Eglise catholique polonaise a convenu de régler sa poursuite au civil avec l'Eglise, mais continuera son action contre le prêtre.

La première personne en Pologne qui porte une affaire de dommages-intérêts au civil contre l'Eglise catholique pour les abus sexuels a accepté un règlement avec le diocèse de Koszalin-Kolobrzeg et avec une paroisse.

Marcin K. a été agressée sexuellement à l'âge de 12 ans par le prêtre Zbigniew R. pendant plusieurs mois. En décembre 2012, le prêtre a été reconnu coupable des accusations criminelles pour l'abus et condamné à deux ans de prison. Bien que la peine a été confirmée et déclarée définitive, le prêtre a réussi à éviter l'incarcération, citant des raisons médicales.

«Charité chrétienne»

En 2013, Marcin K. a déposé une plainte contre Zbigniew R., le diocèse de Koszalin-Kolobrzeg et la paroisse catholique Saint-Adalbert. Il a obtenu une réparation pour une violation de ses intérêts personnels. Un tribunal de première instance a rejeté l'affaire contre le diocèse et la paroisse, mais a décidé d'entendre les procédures intentées contre le prêtre.

Selon les termes de l'accord conclu avec l'Eglise, finalisé en mars, Marcin K. a accepté d'abandonner toutes les autres mesures civiles contre la paroisse et le diocèse. Les répondants ont déclaré qu'ils compensent le demandeur pour ses frais de traitement psychologique «comme un geste de charité chrétienne».

Dans la poursuite civile contre le prêtre, qui se poursuit, Marcin K. cherche 50.000 zlotys (12.500 euros) pour préjudice moral. Cette affaire a été ajournée sans date fixée pour sa reprise.

«Un cas historique»

«Nous sommes heureux d'entendre parler de l'accord entre Marcin K. et le diocèse et la paroisse. C'est clairement une affaire historique, dans laquelle une victime de pédophilie de l'Eglise a enfin obtenu un résultat juste», a déclaré Irmina Pacho, avocate de la Fondation Helsinki pour les droits de l'homme. «Le procès contre Zbigniew R. n'est pas encore terminé et nous allons certainement en assurer le suivi».

Dans de nombreux autres pays, dont l'Allemagne et les Etats-Unis, l'Eglise faisait des accords avec les victimes de prêtres pédophiles, reconnaissant par là sa propre responsabilité institutionnelle dans de tels cas.

Marcin K. était représenté par Wojciech Dobkowski, un avocat agissant pro-bono. La Fondation Helsinki pour les droits de l'homme a observé les procédures judiciaires dans l'affaire.