​Les ONG bulgares veulent améliorer les soins de maternité

Une série de problèmes dans les soins de santé de maternité montrent qu'il est temps pour la Bulgarie de prendre des mesures globales et d'améliorer les services de maternité fournis par l'Etat.

Les statistiques sont alarmantes et ne peuvent plus être ignorées. Le taux de natalité a baissé de 2 pour cent à Sofia et à 27 pour cent en Vidin depuis le début de l'année et le nombre total de naissances pour l'année devrait atteindre des niveaux historiquement bas.

Pendant ce temps, les femmes qui accouchent ne le font pas dans les hôpitaux comme le recommande l'Organisation mondiale de la Santé et la Fédération internationale de gynécologie et d'obstétrique. Cela est évident à la fois par la hausse de 40 pour cent des césariennes planifiées et par les histoires troublantes de naissances traumatiques que les femmes ont partagé avec l'association Rodilnitsa.

Pour cette raison, un nouveau projet a été lancé en juin 2015, avec l'objectif de consolider les efforts des ONG travaillant dans ce domaine et d'améliorer les services fournis aux mères et à leurs bébés. La «Stratégie pour une campagne de sensibilisation à long terme pour le respect des droits humains et civils de la santé maternelle» est réalisée par Rodilnitsa et les parents pour la Fondation parents pour les parents et financée par le Programme des ONG de 2009 à 2014 en Bulgarie dans le cadre du mécanisme financier de l'Espace économique européen.

Les militants qui travaillent sur ce projet proviennent des ONG suivantes: Association Estestveno, Association de la maternité de soutien des travailleurs, Coquelicots pour Mary, Fondation Amitié, Fondation Nos bébés prématurés, Comité Helsinki bulgare, Alliance des sages-femmes bulgares et Soutien pour l'allaitement .

Vers de meilleurs soins

Les organisateurs de Rodilnitsa et la Fondation parents pour les parents appellent pour des soins accessibles et respectueux qui utilisent des méthodes médicales prouvés et qui rejettent les pratiques obsolètes et néfastes. Un nombre sans cesse croissant des mères et des familles en Bulgarie cherchent de tels soins et les médecins et les hôpitaux sont prêts à les fournir.

"Le but de ce projet est de rassembler toutes ces organisations afin qu'elles puissent participer plus efficacement au processus de prise de décision dans la maternité et d'aider les autorités responsables à faire face aux problèmes identifiés", a déclaré Nelly Mutafova, vice-présidente de Rodilnitsa.

Miglena Delcheva, gestionnaire des Parents pour les parents, estime que le secteur des ONG est essentiel pour fournir des meilleurs soins:

"Il est important de noter les mesures positives que le ministère de la Santé a pris, comme l'enquête menée par l'Agence exécutive médicale de vérification dans certaines maternités dans le pays. Cependant, il est nécessaire de souligner les domaines problématiques - les bonnes intentions qui ne sont mises en œuvre. C'est là que secteur des ONG entre en jeu - il soutient le ministère de la Santé dans l'introduction des bonnes politiques de soins de maternité sur la base de preuves scientifiques et réalisées dans le respect de la mère et du bébé".

L'avocate Elena Ateva, membre du Conseil d'administration des droits de l'homme de l'accouchement, a expliqué que ces dernières années un mouvement mondial pour les soins maternels respectueux est mis en place et qui rassemble des experts travaillant sur la question - les parents, les médecins, les sages-femmes, les militants, les avocats et les politiciens.

Elle cite les récentes recommandations de la Fédération internationale de gynécologie et d'obstétrique en vertu de laquelle "chaque femme a le droit à une expérience positive de la naissance et de la dignité, de compassion lors de l'accouchement. Chaque mère et chaque nouveau-né doivent être protégés des interventions inutiles, des pratiques et des procédures qui ne sont pas fondées sur des preuves".

Entamer le dialogue

L'avocate Daniela Fartunova du Comité Helsinki de Bulgarie a déclaré: "La Loi sur la santé prévoit que chaque femme enceinte à l'accouchement ou celle qui a déjà donné naissance a le droit à des services qui donnent à son enfant des conditions optimales de santé et de vie".

Malgré la législation, cependant, les droits des femmes qui accouchent sont systématiquement violés. Les véritables mécanismes pour la protection de leurs droits n’existent pas. Le consentement ou le refus explicites de la mère sont souvent ignorés par l'équipe médicale, de sorte que la femme donne naissance sans être accompagnée par une personne proche et est séparée de son enfant dans les heures immédiatement après la naissance. Fartunova se réfère à la Charte des droits universels des femmes enceintes et de l’accouchement et souligne le fait que le projet va déclencher un dialogue entre les organisations de la société civile et les institutions responsables.