"Aucun gay accepté" : une affaire de discrimination qui indigne l'Italie

Un couple homosexuel s'est vu refuser l'accès à une maison de vacances en Italie, en raison de leur orientation sexuelle. L'affaire fait apparaître les graves lacunes en matière de protection juridique des personnes LGBT.
"Nous n'acceptons ni les gays, ni les animaux": c'est le message choquant qu'un propriétaire de maison de vacances (de Santa Maria, un village côtier de Calabria) a envoyé à un couple d'hommes gays qui avait réservé la maison plus tôt cet été.

Un message irréfléchi

Le couple, originaire de Naples, avait déjà confirmé leur réservation lorsque le propriétaire de la maison de vacances a découvert que les hommes étaient ensemble. Il leur a envoyé le message cité plus haut avant leur arrivée, leur précisant qu'ils ne seraient pas acceptés dans la maison.

Blessés et indignés, le couple a décidé de rendre l'affaire publique, avec l'aide d'une organisation locale de défense des droits de l'homme. Les médias italiens ont immédiatement pris le relais.

Le propriétaire de la maison a présenté ses excuses, indiquant qu'il avait écrit le message en conduisant, sans y réfléchir. Mais il n'a pas changé de position, précisant qu'il s'agit avant tout d'une question religieuse, et qu'en tant que catholique, il n'accepterait jamais aucune famille qui ne soit pas une famille "traditionnelle".

Une capture d'écran de la conversation WhatsApp dans laquelle le propriétaire indique ne pas accepter ni les gays ni les animaux dans sa maison.

Un guide pour lutter contre la discrimination

En plus d'être extrêmement discriminatoire et inacceptable dans une société civilisée, ce genre d'attitude peut être réellement nuisible pour les jeunes homosexuels en situation de vulnérabilité, ces dernier.es luttant déjà pour s'accepter soi-même, comme l'ont souligné les deux hommes.

Afin que les homosexuels fassent valoir leurs droits et évitent (et dénoncent) des situations semblables à celle-ci, l'association d'avocats Rete Lenford, membre de la Coalition italienne des libertés civiles, vient de créer un guide très utile pour lutter contre la discrimination.

Un vide juridique

Il existe un vide juridique dans la législation italienne et européenne en matière de protection contre les discriminations dans l'accès aux biens et services: cette protection ne se rapporte qu'à la discrimination fondée sur le genre et l'appartenance ethnique.

Calabria is well known for its beaches and other coastal attractions.

Rien n'a été proposé en vue d'étendre ces réglementations. En Italie, il n'existe même pas d'autorité indépendante chargée d'assurer qu'aucune discrimination ne soit subie dans de pareilles situations. Les régions possèdent un certain degré d'indépendance et peuvent créer des lois de lutte contre la discrimination, mais seules quelques-unes sont dotées d'une réglementation contre la discrimination à l'égard des personnes homosexuelles.

Néanmoins, les personnes ont accès à la fois à un remboursement financier et à des compensations en cas d'atteinte à leur dignité personnelle, en raison de discrimination subie dans l'accès aux biens ou services. En outre, elles peuvent (et doivent) signaler les cas de discrimination afin que les auteurs se voient imposer des sanctions administratives.

Accroître la pression publique pour amener le changement

Aussi choquant cette affaire puisse-t-elle être, elle aura permis de sensibiliser le grand public sur la discrimination dont souffrent toujours les personnes LGBT en Italie, et sur les progrès, juridiques et sociaux, qui restent encore à accomplir.

Espérons que cette affaire encourage plus de personnes à dénoncer des situations de discrimination lorsqu'elles se présentent, et où qu'elles se présentent, et que cela provoque une plus grande indignation du public afin que les décideurs politiques améliorent les protections juridiques pour les personnes LGBT.