"Connaissez vos droits": Un nouveau guide d'une grande utilité pour les personnes confrontées à une arrestation en Italie

Le guide, disponible en trois langues, répond à des questions courantes et offre de précieuses informations pour celles et ceux qui se voient arrêter par la police italienne.
En 2015, un million de personnes ont été contrôlés ou arrêtés par la police italienne. Cela signifie que ces individus ont subit une privation provisoire de leur liberté. Mais combien parmi eux.elles connaissaient leurs droits? Combien parmi nous savent ce à quoi nous avons droit en cas de garde à vue?

Ces chiffres inquiétants et le manque d'informations sont la raison pour laquelle la Coalition italienne des libertés et des droits, en collaboration avec Antigone, a décidé de rédiger un guide facile d'utilisation et d'accès afin d'aider les personnes lors des premières heures de leur arrestation et qu'ils.elles soient informés de leurs droits et en mesure de déterminer s'ils.elles reçoivent un traitement juste d'un point de vue juridique.

Une vulnérabilité renforcée

Conformément à la législation italienne, la période de garde à vue faisant suite à une arrestation peut durer jusqu'à 96 heures. Les premières 24 heures sont cruciales pour la personne arrêtée, celle-ci devant attendre la décision du procureur public sur la validité de l'arrestation.

Cette période de temps est très incertaine pour la personne arrêtée et, trop souvent, les autorités ne l'informent pas clairement des droits qui lui reviennent, ce qui ne fait que renforcer la vulnérabilité de la personne en état d'arrestation.

Le guide de CILD et Antigone


Conformément aux réglementations européennes, l'Italie a adopté une procédure standard pour informer les personnes arrêtées ou contrôlées de leurs droits à travers les Déclarations des droits. Même si cela représente une avancée, ce document ne suffit pas, surtout si l'on prend en compte les problèmes énumérés plus haut.

En réalité, dès leur arrestation ou garde à vue, les personnes concernées sont très vulnérables et se voient confronter à des difficultés supplémentaires s'ils.elles sont étranger.e.s. Ces dernier.e.s ont le droit à un interprète, bien que cette disposition ne soit pas toujours garantie.

Le savoir représente un pouvoir

Afin d'éviter les malentendus, mauvaises pratiques, violations des droits et décisions hâtives sur la culpabilité d'une personne, il est extrêmement important que les personnes arrêtées ou placées en garde à vue soient à même de se représenter elles-mêmes, de connaître leurs droits et de signaler lorsque les autorités compétentes ne leur fournissent pas l'assistance nécessaire.

Aussi la création de ce guide "Connaissez vos droits", un précieux outil qui explique les règles et répond aux questions courantes sur les arrestations. Traduit en trois langues, il est disponible et téléchargeable en ligne.