Les services secrets italiens prédisent des vagues de racisme en amont des élections européennes

Un rapport remis au Parlement par les services secrets italiens souligne "les dangers concrets de la hausse des actes d'intolérance à l'encontre des étrangers" par des individus et groupes d'extrême droite.

Le rapport avertit que les "comportements fortement racistes et xénophobes déjà implantés par les formations d'extrême droit pourraient s'intensifier dans les semaines qui viennent". Les services secrets italiens affirment aussi qu'il existe un risque d'intensification du "conflit" entre les anti-fascistes et les individus d'extrême, ce qui serait très critique pour l'ordre public.

Les actes racistes à même de proliférer

Le rapport, qui a été soumis au Parlement, souligne le fait que les groupes d'extrême droite ont déjà été impliqués dans des comportements racistes et xénophobe, et que ces actions sont à même de proliférer dans les mois qui viennent.
Les services secret signale une "vitalité prononcée" au sein des actuelles formations d'extrême droite, qui a entraîné une montée des initiatives de propagande et manifestations. Et c'est précisément lors de ce type d'évènements que les services secrets craignent que l'ordre public soit troublé.

Concernant le terrorisme, le phénomème de radicalisation d'individus en Italie et l'un des domaines sur lequel les services secrets travaille. Cette question est "plus large et insaisissable que jamais" et requiert une surveillance attentive en vue de capter des signes de possibles transitions de la radicalisation à la commission d'actes violents.

En une seule année, les violences racistes ont triplé

Nous assistons à un véritable "boom" du racisme depuis 2018, etles violences ont même triplé, avec 126 actes racistes signalés pour cette année. Selon le rapport, les étranger.e.s sont régulièrement agressés.e.s, soit physiquement soit verbalement. Le rapport montre que les changements en matière de propagande et pratiques qu'ont connu les mouvements mouvements en 2018 se traduisent par une "radicalisation", en raison de la "montée perçue de la visibilité et des intérêts" d'acteurs d'extrême droite sur des questions telles que la sécurité, les migrants et la détresse sociale. Et cela a accentué le conflit entre les deux fronts, avec une hausse des provocations, agressions et réactions capables de troubler l'ordre public. L'anarchisme insurrectionnel national extrémiste demeure "son expression la plus insidieuse".

Les services secrets soulignent aussi le fait que ces forces se sont concentrées sur le débat sur "l'opposition aux politiques migratoires" et ont promu une narrative "aux accents de grande intolérance à l'égard des étranger.e.s". Ces sentiments ont recueilli un large consensus, principalement dans les banlieues. Cela contribue à alimenté un certain ressentiment chez de nombreux individus et incite certains à l'exprimer.

Les élections européennes pourraient être décisives

Les élections régionales tenues le 10 février dans la région de Abruzzo, représentaient un véritable test en amont des élections européennes. La Ligue, le parti de l'actuel Ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini, a remporté une victoire nette avec 28% des scrutins. Jusqu'à présent, les élections européennes ne représentaient pas de grands enjeux et le taux de participation était très faible. Mais les élections de 2019 sont différentes. La Campagne européenne est à présent un évènement transnational et paneuropéen, ce qui pourrait indubitablement représenter un moyen de résoudre certains des problèmes globaux auxquels l'UE est actuellement confrontée.

Au regard de cette situation critique, il est essentiel de réitérer le fait que les pays européens doivent garder en tête le titre I du Traité de l'UE, qui stipule que l' "Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de la liberté, de la démocratie, de l'égalité, de l'état de droit et des droits humains, y compris des droits des personnes appartenant aux minorités (...), de la non-discrimination, de la tolérance, de la justice et de la solidarité".