L'UE doit mieux protéger nos valeurs fondamentales : voici comment

Les attaques visant la démocratie et les droits n'en finissent pas. C'est pourquoi Liberties propose aux dirigeants européens des idées nouvelles quant aux moyens à mettre en oeuvre pour mieux défendre les droits fondamentaux.

Si vous avez suivi l'actualité politique de ces dernières années, vous aurez sans doute remarqué que de nombreux gouvernements continuent de menacer nos droits fondamentaux. Nous ne parlons pas ici de problèmes isolés, mais plutôt de gouvernements qui tentent de détruire dans sa totalité le système qui nous protège. En essayant par exemple de prendre le contrôle de tribunaux, de truquer le système électoral, de contrôler les médias pour diffuser une propagande haineuse et empêcher les ONG et associations de nous défendre.

Liberties vient de publier un article recommandant à l'UE de mener des améliorations visant à mieux protéger le public face aux gouvernements à l'agenda politique autoritaire. Voici quelques-unes de nos recommandations :

  • L'UE doit commencer à observer ce que chaque gouvernement fait en vue de mettre en pratique la démocratie, l'état de droit et les droits fondamentaux. Ce processus devrait se poursuivre une à deux fois par an pour les problèmes soient identifiés avant qu'ils ne deviennent graves ou généralisés. Cela impliquerait de produire un rapport indépendant sur chaque pays, faisant l'objet d'une discussion avec le gouvernement national ainsi que le parlement. Au terme de cette discussion, chaque pays devrait recevoir des recommandations sur les moyens d'apporter des améliorations.
  • L'UE doit accorder des fonds aux organisations de défense et promotion des droits et de la démocratie. Ces organisations devraient utiliser ces fonds afin de "former" le public sur ses droits et sur les moyens de les exercer et faire valoir, de superviser le travail des gouvernements et de vérifier si ces derniers respectent leurs obligations légales, et de mener des actions en justice lorsque des problèmes sont observés.
  • L'UE doit améliorer les outils existants dont il dispose afin d'exercer une pression politique et juridique sur les gouvernements qui enfreignent les règles et s'en prennent aux institutions qui aident à protéger les droits et la démocratie, telles que les tribunaux et le médias indépendants. Toutes les institutions européennes doivent réaliser des progrès dans ce sens. Par exemple, le Parlement européen pourrait faciliter ce travail de protection des valeurs fondamentales en mettant en place un organe pluripartite qui autoriserait les eurodéputé.e.s de différents groupes politiques à travailler ensemble de manière plus efficace.

Plus tard ce mois-ci, la Commission européenne publiera des recommandations sur les moyens avec lesquels l'UE pourrait mieux protéger les valeurs fondamentales. Récemment, la Commission européenne a publié un communiqué de presse intitulé "État de droit: la Commission ouvre un débat en vue de renforcer l'état de droit dans l'UE", lequel établit dans quels domaines des améliorations doivent être apportées et demande des suggestions de la part des expert.e.s. L'article de Liberties est une réponse à la demande de suggestions/contributions de la Commission européenne.

Télécharger notre article complet ici.