​L'institutionnalisation des nourrissons tchèques met en danger leur développement

Un nourrisson de 5 mois a été, sans nécessité, retiré de la garde de sa mère. La République tchèque doit abolir la pratique d'institutionnalisation des nourrissons.

Un garçon de 18 mois a été retiré de la garde de sa mère et placé dans une maison de nourrissons à l'âge de cinq mois. L'enlèvement de l'enfant a eu lieu malgré la preuve que sa mère prenait un soin suffisant de son bébé et il n'y avait aucune raison légitime de le prendre de sa mère.

La Ligue des droits de l'homme, qui aide le garçon, a réussi à atteindre l'abolition de l'injonction préliminaire utilisée comme base pour prendre l'enfant. La Ligue des droits de l'homme exige également une compensation pour la douleur et la souffrance, non seulement en raison de la privation illégale de la garde de sa mère, mais surtout à cause du séjour prolongé de l'enfant dans un établissement pour nourrissons.

Les soins en établissement des nourrissons

A présent, le consensus des professionnels indique que la prise en charge institutionnelle d'un petit enfant constitue une maltraitance et perturbe leur développement d'une manière grave et irréversible. Les enfants dans les institutions ne reçoivent pas des soins particuliers alors que ces soins sont nécessaires à cet âge. C’est par la personne qui donne le soin à l’enfant qu’il renter en contact avec le monde extérieur et gagne le sentiment de sécurité.

Anna Hofschneiderová, avocate de la Ligue des droits de l'homme, a fait la déclaration suivante:

"Nous croyons que dans ce cas nous pouvons non seulement aider ce garçon particulier, mais tous les petits enfants qui sont dans les établissements ou risquent d'être placés là. Si les autorités compétentes ont reconnu que l’institutionnalisation de ces petits enfants représente la maltraitance, ils doivent sans équivoques fermer ces établissements et définir l'irrecevabilité de ce type de mesure par la loi. Le gouvernement a été invité à le faire dans une récente résolution par le Comité sur les droits de l'enfant, qui a cité l'exemple slovaque où le soin institutionnel pour les enfants de moins de six ans est irrecevable. Les enfants d'un si jeune âge devraient, une fois enlevé à ses parents, être placés dans des familles d'accueil, généralement avec les gardiens".