​La discrimination institutionnelle en Espagne augmente suite aux attaques de Paris

Rights International Espagne a envoyé une lettre au Rapporteur spécial de l'ONU sur le racisme pour l'informer de la récente augmentation de l'islamophobie institutionnelle.

Rights International Espagne a adressé au Rapporteur spécial des Nations Unies sur les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et d'intolérance pour l'informer de plusieurs exemples de discrimination institutionnelle contre les communautés musulmanes et arabes en Espagne, notamment à la suite des attentats qui ont eu lieu à Paris au début du mois de janvier. La lettre souligne en particulier le harcèlement de la police à laquelle ces communautés (ou des individus qui ont l'air tout simplement «arabe») sont soumis et souligne certaines déclarations faites par des fonctionnaires qui stigmatisent ces groupes et pourraient encourager une augmentation des attitudes islamophobes parmi le grand public.

La lettre se réfère tout d'abord aux «recommandations» émises par la police nationale au siège provincial de l'Andalousie occidentale, concernant les «actions impliquant des personnes d'origine arabe». Ces ordres favorisent la surveillance disproportionnée et injustifiée d'un secteur de la population sur la seule base de leurs caractéristiques (il s'agit du profilage ethnique), ainsi que la stigmatisation de ces communautés et la promotion d'un traitement moins favorable et donc discriminatoire. Parmi ces recommandations on trouve aussi l'exigence que les agents fassent «une attention particulière aux ressortissants algériens», car ils sont «plus conflictuels que les Marocains et les mesures de sécurité particulières doivent être prises lors d'une intervention». Les agents ont également été invités à être particulièrement sur leurs gardes avec des personnes de «apparence arabe» dans des situations qui seraient autrement considérées comme normales. Les agents ont également été invités à arrêter et fouiller chaque individu «arabe» utilisant un ordinateur portable ou enregistrant des vidéos dans un véhicule. Ils ont même été invités à saisir ou photographier des documents trouvés chez ces personnes si elles possèdent des «textes en arabe» .

Bien que la Direction générale de la police a annulé ces recommandations suite à leur publication dans les médias, il n'est toujours pas clair qui était responsable de ces ordres illégaux ou si une mesure disciplinaire a été prise malgré la gravité de la question. Encore pire - le texte envoyé au Rapporteur souligne qu'il est probable que des instructions similaires ont été données au plusieurs postes de police mais les commandes écrites n'ont pas été émises. Cela conduit à une surveillance disproportionnée et injustifiée des personnes de confession musulmane ou qui ont des caractéristiques physiques arabes. À cet égard, nous constatons des exemples de pratiques de contrôle disproportionnées menées sur les communautés musulmanes dans les cas récemment documentés dans les Asturies et à Madrid. En 2009 l'Agence européenne des droits fondamentaux a déjà remarqué un motif d'arrêt et de fouille des personnes musulmanes d'Afrique du Nord en Espagne qui était disproportionné, ces pratiques semblent s'aggraver ces derniers temps.

«Intégré ou expulsé»

Ces pratiques ont lieu dans un contexte où les fonctionnaires utilisent un discours qui relie l'immigration au terrorisme. Le ministre de l'Intérieur est allé loin en justifiant les retours sommaires de migrants en provenance de Ceuta et Melilla en insinuant que les migrants qui tentent d'entrer en Espagne sont des «terroristes islamistes». Alors que, selon les chiffres de l'UNHCR, beaucoup d'entre eux sont vraiment des réfugiés fuyant des zones en conflit. Le président de la communauté autonome (gouvernement régional) de Madrid a fait récemment des déclarations se référant aux «défis de la lutte contre le djihadisme» où il lie l'immigration avec le terrorisme, affirmant que «si les immigrants ne s'intègrent pas, ils doivent être expulsés». N'oublions pas que le commissaire des droits de l'homme du Conseil de l'Europe, dans une conférence de presse au cours de sa dernière visite en Espagne, a averti précisément de la nécessité de ne pas lier le terrorisme à l'immigration et a exhorté les Etats à ne pas sacrifier les droits de l'homme dans la lutte contre le terrorisme.

Rights International Espagne a transmis au rapporteur ces craintes sur ces discours ainsi que sur les pratiques de la police visant à stigmatiser les communautés musulmanes et arabes qui peuvent favoriser des attitudes racistes et islamophobes parmi le public espagnol. Dans une enquête récente menée dans différents pays, l'Espagne a été soulignée comme l'un des endroits en Europe avec le taux le plus élevé de l'islamophobie. Selon l'étude, 46 pour cent des Espagnols interrogés s’opposent à la présence des musulmans dans leur pays, en dépit du fait que la population musulmane en Espagne est beaucoup plus faible que dans les autres pays de la région.

Toutes ces informations ont été transmises au Rapporteur avec l'espoir qu'il demande au gouvernement espagnol de ne pas oublier ses obligations inscrites dans le principe de non-discrimination fondée sur l'origine ethnique ou la religion.