Début de la censure de l'internet en Roumanie

L'organe administratif roumain pour le jeu assume la responsabilité de la censure de l'internet. Cet organe détermine quels sites web seront accessibles par les utilisateurs roumains.

Une nouvelle loi est entrée en vigueur en Roumanie en juin. Elle modifie l'organisation et le fonctionnement des jeux de hasard. Grâce à la nouvelle législation, l'Office national des jeux du hasard (ONJN) a assumé le rôle de contrôle de l'internet et détermine quels sites seront accessibles en Roumanie. La loi 124/2015 a été adoptée le 12 juin et elle stipule:

«[...] Les fournisseurs de réseaux et services de communications électroniques [...] sont tenus de respecter les décisions du Conseil de surveillance de ONJN sur la restriction d'accès aux sites de jeux de hasard non autorisés en Roumanie*, ainsi que ceux sur la publicité sur le jeu organisé par un opérateur de jeu qui n'a pas de licence en Roumanie».

Le 24 juin ONJN a adopté sans débat public une décision qui a d'abord été publiée sur le site de l'institution, un mois après son adoption. Selon cette décision les fournisseurs sont tenus non seulement de bloquer l'accès à certains sites hébergés sur DNS, mais aussi pour rediriger les utilisateurs vers des sites spéciaux hébergés par les services de télécommunications. À la fin du mois de juillet ONJN avait déjà envoyé un avis aux fournisseurs d'accès internet les obligeant à mettre en œuvre la décision.

ApTI et 5 autres organisations non gouvernementales ont averti l'ONJN l'an dernier que les mesures proposées violent les droits fondamentaux, mais les institutions ont simplement ignoré notre message, y compris une demande de tenir un débat public avant l'adoption de la législation pertinente. Aujourd'hui, l'Association pour la défense des droits de l'homme en Roumanie - Comité Helsinki (APADOR-CH) a envoyé une nouvelle demande à l'ONJN, en espérant qu'au moins maintenant, au dernier moment, l'institution va comprendre qu'il ne s'agit pas de questions purement techniques et qu'elle mesure les effets inattendus.

Qu'est-ce que la décision de l'ONJN signifie?

Les fournisseurs de services internet seront obligés de mettre en œuvre un système de filtrage pour les sites web, obligatoire pour tous leurs clients. Ils vont essentiellement devenir des censeurs de l'information pour les utilisateurs roumains.

En outre, le Service des télécommunications spéciales (STS) sera en mesure de recueillir toutes les adresses IP des utilisateurs d'internet en Roumanie qui tentent d'accéder à ces sites.

Quels sont les problèmes?

1. La censure de l'internet est établie

2. Le droit à la vie privée est violé en modifiant la confidentialité des communications électroniques

3. L'interception des transmissions de données électroniques est un crime

4. Verrouiller l'accès DNS crée une série de problèmes techniques indirects à la sécurité informatique

5. Ces mesures ne sont pas nécessaires et peuvent être facilement surmontées

1. La censure de l'internet est établie

Selon la directive de l'Union européenne sur les communications électroniques, les Etats membres ne peuvent pas abusivement bloquer ou limiter l'accès à l'internet.

Le problème fondamental est que le blocage de sites à travers le fournisseur d'accès internet est une mesure de censure des contenus en ligne et pose de sérieux problèmes concernant les droits de l'homme en général et la liberté d'expression en particulier.

Internet et les sites web sont largement reconnus comme des moyens de communication de masse; bloquant ainsi l'accès est arbitraire et susceptible de violer l'article 30 de la Constitution de la Roumanie, dont le paragraphe (2) précise, «Toute censure est interdite», et le paragraphe (4) «Aucune publication ne peut être supprimée».

Le fait qu'une autorité administrative, pas un tribunal, décide, sans possibilité de recours, qu'un site particulier ne doit pas être accessible par les utilisateurs, soulève des questions relatives à la constitutionnalité de la décision.

Le rapporteur spécial de l'ONU sur la liberté de l'expression a expliqué que «les mesures de blocage sont un moyen inutile et disproportionné pour atteindre l'objectif déclaré».

En plus, la mise en œuvre d'un tel système de blocage par les fournisseurs d'internet signifie que nous assistons à la création et direction d'un certain nombre d'outils de censure ce qui peut être facilement étendu à d'autres domaines. Une fois que nous acceptons le blocage d'internet et qu'un système pour mettre en œuvre ces décisions est présent, nous allons voir de plus en plus de gens demandant de plus en plus de censure.

Par exemple, le blocage des sites web a été initialement adopté en Italie afin d'empêcher l'accès au jeu en ligne non autorisé. Malgré ces intentions initiales, aujourd'hui la censure d'internet en Italie existe pour de nombreuses d'autres fins, à la demande de multiples organismes, avec et sans les protections prévues par la Convention européenne des droits de l'homme et des libertés fondamentales.

2. Le droit à la vie privée est violé en modifiant la confidentialité des communications électroniques

Les fournisseurs de services internet ont l'obligation de garantir la confidentialité des communications électroniques. Ils ne peuvent apporter que des changements techniques.

Quand ils bloquent l'accès et redirigent les utilisateurs, les FAI doivent intervenir dans la communication entre l'utilisateur internet et le site en question et rediriger les utilisateurs, sans préavis, à un autre site. Dans ce cas, un site exploité par un établissement militarisée.

Par cela, le FAI transmet à STS toutes les données de trafic qui permettent d'identifier un utilisateur d'internet, en violation de l'art. 4 de la Loi 506/2004 sur la vie privée dans les communications électroniques et de la Loi 677/2001 en envoyant des données personnelles (telles que les adresses IP) à des tiers sans en informer l'utilisateur ou l'obtention de son consentement.

Selon le principe de la hiérarchie des actes normatifs, un ordre d'une autorité administrative ne peut pas violer les dispositions impératives de la loi ou violer les droits fondamentaux.

3. L'interception des transmissions de données électroniques est un crime

L'interception des transmissions de données électroniques est un crime en vertu de l'art. 361 du nouveau Code pénal. La criminalisation de tels actes est imposée par le fait que cette activité est dans la pratique une altération du bon fonctionnement des systèmes et réseaux d'information.

L'ONJN semble donc obliger les FAI à fonctionner d'une manière généralement criminelle, en profitant d'un cadre juridique unifié. Si toute autre personne ou entité feraient exactement les mêmes actions que celles imposées par l'ONJN, ils seraient certainement accusés en vertu du Code pénal roumain.

4. Le verrouillage de DNS crée une série de problèmes techniques indirectes à la sécurité informatique

Selon des études publiées par l'ICANN, l'autorité principale qui gère les ressources internet, le blocage des sites web et en particulier le blocage des DNS, empêchent la mise en œuvre de mécanismes pour sécuriser un DNS (DNSSEC), essentiels pour le bon fonctionnement de l'internet.

5. Ces mesures ne sont pas nécessaires et peuvent être facilement surmontées

Comme toute mesure visant à la censure de l'internet, les mesures proposées par l’ONJN ne sont pas nécessaires du point de vue technique et peuvent être facilement surmontées par tout utilisateur d'internet. Ils peuvent utiliser des moteurs de recherche pour trouver l'information sur OpenDNS, DNS alternatif, Google DNS, VPN, Tor ou d'autres choses du même type.

Les mesures de l’ONJN vont, toutefois, créer une infrastructure de censure du contenu internet qui est susceptible d'être utilisée par d'autres organes à d'autres fins (voir par exemple les mesures récentes visant à bloquer les contenus internet au Portugal pour des violations présumées du droit d'auteur).