Fusillade sur les cueilleurs de fraises – l’échec judiciaire grec

L'un des chapitres les plus sombres de l'histoire judiciaire de la Grèce est clos. Trois hommes et leur patron sont libérés après la fusillade sur des dizaines de travailleurs migrants au champ de fraises de leur entreprise.

Dans la petite ville grecque de Nea Manolada, située à l'ouest du Péloponnèse, un grand nombre d'entreprises occupent des centaines d'hectares de terres pour la culture intensive sous serre. L’exploitation, le crime et l'impunité décrivent au mieux sans doute la triste réalité derrière laquelle poussent ici les fraises rouges.

Des milliers de migrants sans papiers travaillent de longues heures dans les champs pour des salaires de misère, vivant dans des conditions sordides dangereuses pour leur santé. Les cueilleurs vivent dans des tentes pouvant accueillir jusqu'à 25 personnes sans électricité et sans système d’évacuation des eaux usées. Les températures estivales vont souvent jusqu'à 40 degrés dans les tentes et les travailleurs doivent se laver et faire la lessive dans un ruisseau derrière une station d'essence à proximité.

Le 17 avril 2013, trois contremaîtres de la plus grande entreprise de fraises de la région ont ouvert le feu sur une foule de travailleurs du Bangladesh en grève qui réclamaient les arriérés de salaires de six mois. L'incident a fait 35 blessés et a laissé plusieurs migrants dans un état critique. Les trois tireurs et leur employeur, Nicos Vangelatos, ont été arrêtés sur des accusations de trafic de main-d'œuvre, de possession illégale d'armes à feu et de violations de la législation du travail. L'affaire a été portée devant le tribunal de Patras en juin, avec une équipe des plus célèbres avocats pénalistes du pays représentant Vangelatos et ses contremaîtres. Les accusés ont été innocentés de toutes les accusations graves et n’ont même pas été condamnés pour avoir employé des migrants sans papiers.

La Ligue hellénique des droits de l'homme était présente à ce procès et ne le juge pas juste. Par conséquent, le Conseil grec pour les réfugiés et la Ligue hellénique des droits de l'homme ont demandé à ce que le procureur en chef de la Cour suprême déclare invalide le procès et engage un nouveau procès équitable. Le procureur en chef, après avoir examiné la demande, a conclu que le procès était juste et que le verdict acquittant les hommes de toutes les infractions graves sera définitif.