Est-ce que Jésus peut porter un jeans en Lituanie?

En réponse à la restriction de la liberté d'expression lors d'une campagne de publicité pour des vêtements, l'Institut de défense des droits de l'homme a présenté une demande à la Cour européenne des droits de l'homme au nom du créateur.

Au nom du créateur de mode Robertas Kalinkinas, l'Institut de défense des droits de l'homme (IDDH) a présenté une demande à la Cour européenne des droits de l'homme* comme réponse à la restriction de la liberté d'expression au cours de la campagne de publicité pour une ligne de vêtements en automne 2012.

Les affiches publicitaires représentaient de beaux jeunes hommes vêtus de vêtements crées par M. Kalinkinas et portaient des slogans disant: «Jésus, quel pantalon!", "Chère Marie, quelle robe!" et "Jésus, Marie, quel style!». Toutefois, à l'automne 2012, l'Inspection de l'état a déclaré que ces annonces utilisent des symboles religieux d'une manière irrespectueuse et inappropriée et pourraient être considérés comme une insulte à la dignité et à l'intégrité publique. En référence à ces conclusions, l'autorité de protection des consommateurs a jugé que les annonces ont violé la disposition de la morale publique de la Loi sur la publicité et a imposé une amende de 2.000 Lt.

Une interprétation contradictoire de la Loi sur la publicité

Selon le juriste Karolis Liutkevičius de l'IDDH, cette amende, avec l'interprétation contradictoire de la Loi sur la publicité, restreint indûment la liberté d'expression des artistes et des hommes d'affaires. "La Loi sur la publicité interdit l'incitation à la haine religieuse, mais pas l'utilisation de symboles religieux. La campagne n’avait pas d'images qui se moquent de la religion, de ses représentants ou de ses fidèles, pas de slogans ou d'autres outils de publicité incitant à la haine religieuse dans la campagne publicitaire pour Robertas Kalinkinas sur la ligne de vêtements, mais uniquement le simple fait que les images et les déclarations utilisées pourraient être associés à la religion – ce qui n'est pas interdit par aucune loi en vigueur en République de Lituanie – et donc la campagne ne constitue pas une violation", a affirmé K. Liutkevičius.

En outre, les photos et les vêtements présentés dans ces photos sont des œuvres d'art et dans ce cas, l'imposition d'amendes administratives sur les artistes pour l'utilisation de symboles religieux dans leur travail équivaut à une restriction de la liberté culturelle et créative garantie par la Constitution. Les images de beaux jeunes gens, portant des vêtements d'aspect esthétique, apportent le sourire parce qu'elles évoquent des surprises passionnées, couramment utilisées pour exprimer l'étonnement (et aussi la crainte) sur un objet ou une personne et sont populaires en Lituanie - elles ne peuvent pas être vues comme une incitation à la haine ou à la ridiculisation de la religion.

100 croyants

"Le fait que les tribunaux lituaniens n'écoutent pas ces arguments, citant une interdiction (qui ne se trouve pas dans une loi en Lituanie) sur l'utilisation ou l'appel à des symboles religieux dans la publicité, est en soi un paradoxe. En outre, le tribunal a déclaré que l'ensemble de la société lituanienne épouse la foi catholique et adhère à ses valeurs", a précisé le directeur l'IDDH Dovilė Šakalienė. "Le tribunal a appliqué une méthode particulièrement novatrice pour évaluer mathématiquement le poids de la preuve - il a pris en considération une lettre signée par 100 fidèles, envoyée au tribunal par la Conférence des évêques de Lituanie où on affirme que la publicité en question offense leur sensibilité. Dans ce cas, je suppose que l'avocat de la firme de design peut présenter les signatures de 101 catholiques qui ne sont pas offensés et l'affaire est gagnée".

Cette affaire soulève des questions graves pour notre société: savons nous ce que c'est la liberté de religion et comment est elle liée à la liberté d'expression? N'appliquons nous un double standard en ce qui concerne les différentes religions? Récemment, on a appris que le Seimas (Parlement) envisage d'ajouter un membre extérieur à la Commission d'éthique de communication publique - un organisme d'autoréglementation des médias - qui devrait être membre de la Conférence des évêques catholiques de Lituanie. Quand un jeune homme qui ressemble à Jésus porte des jeans dans une publicité, le Parlement lituanien adopte un amendement à la Loi sur la publicité en mai 2013 pour restreindre la représentation de symboles religieux dans la publicité.

Si Jésus est partout, pourquoi ne peut-il pas être dans nos publicités?

Dans le contexte de toutes ces restrictions, il convient de rappeler que, de jure, la Lituanie n'a pas de religion officielle de l'état et que notre société est dépendante du secteur des affaires. La coopération entre les entreprises et l'art est non seulement bénéfique pour les deux parties, mais l’est aussi pour nous tous – l’art provocateur et inattendu améliore la qualité de la publicité et nous encourage à réfléchir de façon critique et à être ouverts à des idées différentes.

"Cette histoire a eu une influence énorme et, à mon avis, aura un impact encore plus grand à l'avenir. Pour moi, l'affaire elle-même n’est pas une question de principe, c’est un moyen de créer un précédent et de soulever des questions importantes pour la société”, dit Robertas Kalinkinas. "Entretemps, je ne peux que résumer cela de manière ironique - si Jésus est partout, pourquoi ne peut-il pas être dans nos publicités?"

L’Institut de défense des droits de l’homme et le créateur de mode Robertas Kalinkinas ont uni leurs forces pour protéger le droit à la liberté d'expression dans l'art et dans les affaires de toute restriction déraisonnable.

* La demande a été présentée dans le cas de "Sekmadienis UAB v Lituanie". Le créateur a démandé à Sekmadienis UAB d'organiser la présentation de sa ligne de mode printemps /été 2013 pour qui la campagne de publicité a été préparée.