Agression d'une figure majeure des droits de l'homme en plein rue de Sofia

Le président du Comité d'Helsinki de Bulgarie, la plus grande organisation de défense des droits de l'homme du pays, a été agressé hier soir aux alentours de 9h30 devant l'Hôtel Radisson de Sofia, par deux hommes inconnus.
Le président du CHB, Krassimir Kanev, a été frappé au visage et au ventre. Ses agresseurs ont ensuite pris la fuite dans la rue Tsar Shishman. La police a été appelée sur les lieux après l'incident. Kanev a subi de lègères blessures.

Le Comité d'Helsinki de Bulgarie (CHB) a vivement condamné cette agression visant son président et appelle les autorités à prendre immédiatement des mesures pour que les auteurs de cette attaque soient identifiés aussi vite que possible (ces mesures comprenant l'obtention des vidéos enregistrées par les caméras de surveillance situées sur le lieu où les actes ont été commis).

Le CHB lutte contre toute forme de violence. Depuis des années, ses membres ont été intimidés à plusieurs reprises et menacés en raison de leur travail de défense des droits de l'homme en Bulgarie. Il n'y avait cependant eu jusqu'à présent aucun cas d'agression physique.

Les discours de haine et la violence sont à la hausse

Au cours de ces dernières années, les discours d'incitation à la haine ou à la violence à l'égard des minorités en situation de vulnérabilité sont autorisés, approuvés et même admirés en Bulgarie. Cette tendance nous préoccupe profondément. Les agressions visent également les quelques organisations et militants qui assument la responsabilité de défendre les personnes dites vulnérables.

Les discours de haine sont de plus en plus présents dans les médias, qui servent bien souvent de "tribune" au racisme, aux points de vue xénophobes et homophobes aux militants anti-minorités, tout cela échappant à la critique.

Les autorités bulgares ne semblent pas être à même de mener des enquêtes efficacement et rapidement sur les crimes de haine, et dans certains cas, leurs représentants encouragent même les crimes tels que l'agression subie par M. Kanev.

Un environnement de plus en plus hostile

Krasimir Kanev a expliqué à Liberties que depuis 2014, année où le Front Patriotique, une alliance politique néo-fasciste, a intégré la coalition au pouvoir, le discours public est devenu de plus en plus hostile à l'égard des ONG de défense des droits de l'homme. Étant donné que le CHB est la plus importante organisation en matière de défense des migrants, des LGBT et des Roms, le nombre d'incidents dans lesquels le groupe est impliqué ne fait que s'accroître.

"Ces dernières années, j'ai été verbalement insulté à 10 reprises dans les rues de Sofia, mais c'est la première fois que je fais l'objet d'une agression physique", explique M. kanev. "Vu que l'agression s'est déroulée non loin du Parlement bulgare, elle a peut-être été enregistrée par des caméras de surveillance. C'est pourquoi j'ai bon espoir que les auteurs seront retrouvés".