Pas de place pour les droits de l’homme dans la forteresse européenne

Des nouvelles lois anti-immigration hongroises s’inscrivent dans une ambition plus large du Premier ministre Orban d’être le sauveur de l'Europe, au détriment des droits de l'homme et des principes constitutionnels.

Si vous doutez que les événements d'hier à la frontière hongroise fassent partie d’un scénario du Premier ministre Orban, réfléchissez aux conséquences: il peut enfin montrer au pays et au monde que des bêtes agressives attaquent l'Europe. Cette stratégie est aussi vieille que la civilisation humaine: traitez une minorité comme une ordure et ils vont bientôt se comporter comme des bêtes. Vous pouvez donc légitimer toutes les mesures à leur encontre devant le public.

Orban peut enfin jouer le rôle de bouclier de cette Europe qu'il adore tellement: les intrus d'un côté, les défenseurs de l'autre. Il pourrait également rompre la solidarité croissante de la société hongroise qui menace sa propre version de la réalité - le choc des civilisations. Maintenant que les réfugiés ne sont pas là, il n'y a pratiquement pas moyen pour le peuple hongrois de les rencontrer et de les aider. Il peut contrôler l'image publique de réfugiés et de cette façon il est beaucoup plus facile de les déshumaniser, de faire croire que ces «intrus» sont l'ennemi public numéro un.

Catch-22

Le gouvernement prétend qu'il permet aux «vrais» réfugiés d'entrer légalement dans l'UE. Ceci est un mensonge cynique. Il y a quelques points d'entrée, mais pendant une journée il y avait moins d'une centaine de cas traités par les autorités. Les responsables décidaient le sort d'une personne en quelques minutes et le verdict était presque toujours le même: rejet de la demande d'asile et expulsion du demandeur d'asile en Serbie en lui interdisant d'entrer dans l'espace Schengen pendant un an.

Le gouvernement a déclaré que la Serbie est un pays tiers sûr. Mais il ne l'est pas. La Serbie n'accorde pas le statut de réfugiés à personne - tout simplement parce qu'il n'a pas de système d'asile et le pays rejette immédiatement les demandes d'asile. Ce qui est absurde c’est que les réfugiés peuvent faire appel contre le rejet de leur demande d'asile dans la ville hongroise de Szeged - mais ils ne sont pas autorisés à y aller. Catch-22.

La justice accélérée

Ceux qui tentent de briser la barrière et d'aller en Hongrie illégalement sont arrêtés et poursuivis pour avoir commis une infraction pénale nouvellement codifiée: franchissement illégal des frontières. Vous pouvez obtenir une peine d'emprisonnement de 5 ans pour ce crime. Le gouvernement a fait venir 130 juges et fonctionnaires judiciaires à la ville méridionale de Szeged pour statuer sur ces affaires pénales par des procédures accélérées.

En punissant les réfugiés pour franchissement illégal des frontières avant de prendre une décision sur leur demande d'asile, l'Etat hongrois viole l'article 31 de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés. Qui plus est, les modifications actuelles à la loi sur la procédure pénale sont manifestement inconstitutionnelles. Les contrevenants se voient refuser le droit d'une procédure légale ce qui fait que les procureurs et les juges doivent rejeter l'application des amendements de la loi.

Malheureusement, ils ne le font pas. Le premier délinquant a été condamné à la déportation immédiate du pays mercredi après un procès de 80 minutes. L'homme était venu d'Irak où il avait perdu son frère dans la guerre. Il est très probable que sa vie serait en danger si il retourne. Maintenant, il est un criminel condamné qui ne peut pas entrer dans l'UE pendant un an et doit payer 66 dollars de frais. Il n'a aucune chance d'obtenir l'asile. Si il cherche à entrer en Hongrie à nouveau, il sera emprisonné.

Levez-vous pour les droits de l'homme

Dans son discours prononcé à ses disciples il y a une semaine, Orban a déclaré que cette crise des réfugiés termine “l'âge de la connerie libérale» - qui est le respect des droits de l’homme et des principes constitutionnels. La question est maintenant de savoir si la majorité des Européens sont d'accord avec lui pour rejeter les principes fondamentaux de l'Union Européenne ou d'arrêter ce cauchemar ici et maintenant.

Vous aussi pouvez faire une différence en signant la pétition ici!