​Le Comité Anti-Torture critique le traitement des prisonniers en Bulgarie

Un nouveau rapport de la commission anti-torture du Conseil de l'Europe, publié après sa neuvième visite dans le pays, a accordé une attention particulière au traitement des détenus et des mineurs dans les pénitenciers.

Le Comité européen pour la prévention de la torture (CPT) a publié son rapport expliquant les observations faites au cours de sa neuvième visite en Bulgarie. Le rapport accorde une attention particulière au traitement des personnes détenues par la police et des mineurs dans les établissements pénitentiaires, ainsi qu'aux conditions de détention et les soins de santé dans les prisons.

La grande majorité des recommandations de longue date du comité, certains d'entre eux datant de la première visite périodique en Bulgarie en 1995, restent lettre morte. Il s'agit notamment des recommandations sur les mauvais traitements (par la police et en prison), la violence entre détenus, la surpopulation carcérale, les conditions matérielles de détention pendant l'enquête et dans les prisons, les soins de santé en prison et la nécessité de personnel adéquat, ainsi que la discipline, la ségrégation et l'absence de contact avec le monde extérieur. Dans certains cas, la situation s'est détériorée depuis les visites du Comité de 2010 et 2012.

Le rapport complet est disponible ici.

Le Comité Helsinki de Bulgarie rappelle l'arrêt pilote de la Cour européenne des droits de l'homme rendu quelques jours avant le rapport du CPT. Il concerne le cas Neshkov et autres c. Bulgarie et les conditions inhumaines dans les prisons bulgares.

Les découvertes récentes faites par CHB sur les pratiques de détention dans les établissements pénitentiaires pour mineurs sont résumées dans le rapport “Enfants privés de liberté en Europe centrale et orientale: Entre héritage et réforme”.