​Elevez votre voix contre les nouvelles lois sévères anti-migrants en Hongrie

La Hongrie doit enfin commencer à respecter les droits des réfugiés! Envoyez une lettre au Premier ministre hongrois et rejoignez-nous dans notre demande d'un traitement juste et humain des personnes qui ont besoin d'aide!

​Elevez votre voix contre les nouvelles lois sévères anti-migrants en Hongrie

Lettre ouverte au gouvernement hongrois:

Retirez immédiatement les nouvelles lois qui envoient les migrants illégaux en prison

Monsieur le Premier Ministre Viktor Orbán

Mesdames et Messieurs du gouvernement hongrois,

Je, soussigné(e), …… , vous prie de retirer immédiatement les lois récemment promulguées en Hongrie qui permettent l'expulsion immédiate des demandeurs d'asile en Serbie et la prison pour franchissement illégal des frontières.

Je vous exhorte à veiller à ce que tous les réfugiés aient accès à un logement sûr et humain qui respecte leur dignité selon les normes internationales et celles de l'UE.

Il est inacceptable qu'à partir du 15 septembre ces nouvelles lois soient utilisées pour déporter les migrants en situation irrégulière en Serbie, le pays d'où ils sont venus. Ceci est particulièrement inquiétant étant donné que ce pays n'a pas de système d'asile efficace.

L'expulsion automatique des migrants et la prison pour franchissement illégal de la frontière sont des punitions injustes allant à l'encontre des traités européens des droit de l'homme et des valeurs démocratiques fondamentales de l'UE.

En plus de conditions de vie sûres et humaines, je demande un examen équitable de toutes les demandes d'asile déposées par des réfugiés entrant dans l'UE par la Hongrie.

Je vous exhorte, en tant que représentant(s) élu(s) du peuple hongrois, à abandonner immédiatement ces lois illégales et inhumaines et mettre la Hongrie sur la voie du respect des lois et des valeurs de l'Union européenne.

L'Union hongroise des libertés civiles, Menedék - Association hongroise pour les migrants, Artemisszió Fondation, Aide à la migration, Solidarité Group avec les migrants et le Comité Helsinki hongrois appellent tous les citoyens européens à demander au gouvernement hongrois le retrait immédiat des lois récemment promulguées qui permettent l'expulsion immédiate des demandeurs d'asile en Serbie et la prison pour passage de la frontière.

Nous appelons les autorités hongroises à se doter de règlements en conformité avec le droit international et européen et de fournir un logement sûr qui respecte l'humanité et la dignité des personnes qui en ont grand besoin.

Ces sévères nouvelles lois entrent en vigueur le 15 septembre. A partir de cette date, les migrants irréguliers en Hongrie seront sommairement renvoyés dans le pays d'où ils sont venus principalement la Serbie ce qui signifie les renvoyer dans un pays qui ne possède pas d'asile sécurisé.

Les lois qui stipulent l'expulsion automatique des migrants et font du franchissement illégal de la frontière un crime passible de prison, ne servent qu'un seul objectif pour le gouvernement hongrois: se débarrasser de ses devoirs et de ses obligations humanitaires.

Le gouvernement hongrois ne peut pas être tenu responsable de la crise actuelle des réfugiés – trouver une solution est une responsabilité européenne commune. Cependant, la réponse du gouvernement hongrois à la crise est non seulement une honte pour la Hongrie, mais aussi un discrédit pour l'UE.

Aucun État membre ne devrait jamais traiter des réfugiés comme des ennemis publics et adopter de telles mesures répressives. Nous demandons donc à tous les citoyens européens à se joindre à notre cause et se dresser contre les agissements inhumains et antidémocratiques du gouvernement hongrois.

Nous exigeons du gouvernement hongrois des conditions temporaires de vie humaines pour tous les migrants en situation irrégulière et une procédure régulière ainsi qu'une considération équitable de toutes les demandes d'asile déposées par les réfugiés entrant dans l'UE par la Hongrie.

La Hongrie doit revenir sur la voie du respect des droits et de ses obligations en vertu du droit international et des traités de l'Union européenne.

L'humiliation des réfugiés et des citoyens hongrois doit désormais prendre fin. Nous appelons le gouvernement hongrois à coopérer avec d'autres pays européens dans la recherche d'une solution commune à long terme.

Union hongroise des libertés civiles, le 14 septembre 2015, Budapest

Assurez-vous d'envoyer votre lettre --- »